Dimanche, on tourne... les pages (41)

Publié le par Monique MERABET

 

 

LECTURES D’ATTENTE

 

 

Tourner les pages en attendant que mon ordinateur (un peu obsolète) veuille bien se mettre en route ou qu’un téléchargement veuille bien arriver à terme… une façon de lire comme une autre. Elle m’a été suggérée par une collègue qui avouait ne lire que des livres courts dont elle venait à bout dans les incontournables attentes de sa vie de mère et de citoyenne : la queue pour retirer un colis, le rendez-vous avec le dentiste ou le médecin, la séance de sports du mercredi du petit dernier, etc.

Depuis, au lieu de m’énerver sur mon ordi qui finit par se retourner contre moi, je pratique la lecture d’attente. J’ai ainsi pu découvrir un certain nombre de petits ouvrages.

Il faut bien choisir son thème de lecture : en général romans avec une belle histoire romanesque voire sentimentale, rien de tragique… plutôt quelque chose de léger, de joyeux. Peut-être un sujet qui n’entre pas dans nos préoccupations habituelles. Un récit sans trop de personnages ni de péripéties pour ne pas en perdre le fil à chaque interruption : « Voilà mon opérateur qui veut bien me brancher sur le blog ami sans me répéter pour la vingtième fois que le délai d’attente est trop long… Oups ! Mais, mais… encore une petite minute Monsieur l’Internet ! Juste tourner une page pour savoir si…

Un roman qui finit bien. Naturellement. Il s’agit là d’une lecture de détente, n’est-ce pas ?

 

Curieusement, cette façon de lire, je ne l’aborde pas toujours avec le même succès. Parfois, tout baigne : mon aléatoire feuilleton fonctionne bien ; je n’en perds ni un mot, ni une action. Par exemple pour « L’écrivain de la famille » de Grégoire Delacourt, une chronique douce-amère d’une famille ordinaire d’amours, de séparations, de maladies, d’humour et de mélancolie… Avec délicatesse, l’auteur évoque le frère « différent », le père « qui reste dans le silence » et la rencontre de « la fille assise sur la voiture » : une existence à suivre.

 

Parfois, au contraire, tout se ligue pour venir me déranger dès que j’ouvre mon livre commencé, glissé sous la tablette de mon bureau… pas une tablette électronique bien sûr : je suis papiérophile… et pour toujours, je suppose.

Ce dernier ouvrage, j’ai dû le recommencer au moins quatre fois et le fil m’échappe toujours. J’en mentionne le titre : « Mais qu’est-ce que tu fais là tout seul ». Allons-y pour l’auteur, aussi : Pierre Szalowski . Et la quatrième de couverture qui indique « une fable tendre et drôle, remède absolu contre la morosité. Hum… c’est peut-être que le hockey canadien, sa i ral pa moin tro ! Je me souviens de n’avoir pas du tout accroché à un petit bouquin japonais considéré comme… génial par diverses critiques. Il parlait de base-ball.

Serais-je réfractaire aux addictions dites sportives ?

 

(Monique MERABET, 13 Octobre 2013)

Dimanche, on tourne... les pages (41)

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Danièle 19/10/2013 15:53

Tes rubriques "En tournant les pages" sont toujours savoureuses, Monique. Tu as dû donner le goût de la lecture à plus d'un.e !

Monique 20/10/2013 07:56

Ah! Oui, j'aimerais bien avoir donné goût à la lecture... Merci pour ton appréciation, Danièle

Monika 13/10/2013 16:25

Moi aussi, j'ai toujours un livre "en marche" pour les "petites occasions" - et je découvre en souriant que tes critères de sélection pour ce genre d'ouvrage ressemblent aux miens. En ce moment, je lis de cette façon "C'était au temps des mammouth laineux", un recueil de chroniques anthropologiques de Serge Bouchard. (voir ici : http://www.archambault.ca/--ACH003066919-fr-pr?gclid=CI_ereKBlLoCFROk4Aod4CoA5A).

Monique 13/10/2013 19:26

Les points communs... des atouts pour travailler (créer) ensemble.