Dimanche, on tourne... les pages (43)

Publié le par Monique MERABET

Dimanche, on tourne... les pages (43)

 LE CHRYSANTHÈME DE NOËL ET L’ÉCHAPPÉE BELLE

 

 

 

Librairie qui ferme

mon livre sorti des presses

aujourd’hui

 

Auteure qui rit… Lectrice qui pleure… Ô livre mon ami, notre âge d’or est fini !

Faut-il encore écrire pour se faire publier ? La crise, me dit-on, la poésie ça se vend pas, il n’y a pas un lectorat, je vais finir par me vouer au numérique, etc. Réflexions margoz qui rôdent autour de nous, qui s’en vont, qui reviennent, qui persistent. Rumeurs qui deviennent certitudes : tel éditeur cesse ses activités, et la librairie ferme.

Ne devrai-je pas me cantonner au blog, à ces mots jetés à l’espace du net, à la rencontre d’amis fidèles en écriture, captant  parfois un écho, un internaute égaré, que le puissant google aiguille là : vous cherchez un marchand de chrysanthème pour la Toussaint proche et… vous voilà sur mon blog, tout ébahi devant cet article sur « Le chrysanthème de Noël ». Chrysanthème de Noël, c’est le titre que j’ai donné à l’album qui m’attend chez l’imprimeur. J’en parlerai la semaine prochaine, lorsque j’aurai humé l’odeur de l’encre fraîche, lorsque je me serai demandé mille fois « Que feras-tu de tous ces paquets, ma pauvre fille ? » Comment vendre des livres-papier si les librairies ferment peu à peu ? Devrai-je le « numériser », le larguer dans le réseau tentaculaire du grand fleuve Amazon ? Maman! C'est de quel côté la mer?

Rien ne vaut pour moi, le plaisir de flâner au milieu des étals de livres à l’horizontale, patchwork de couvertures éclatantes que l’on peut toucher, caresser… ou bien parcourir les sentiers balisés de livres rangés verticalement sur les étagères, parallélépipèdes que l’on fait coulisser (Ah ! Faut pas les ranger trop serrés, Monsieur le libraire !), basculer jusqu’à soi : bonheur de la découverte !

Non, rien ne remplacera une librairie de bois et de papier, une vraie librairie composée de vrais livres de littérature, pas de guides touristiques, de recettes de cuisine et de tous ces produits dérivés (parfums, gadgets) dont s’affublent la plupart des commerces de livres. Aïe ! Bientôt Noël !

Une vraie libraire aussi, qui connaît les livres qu’elle vend, qui conseille les lecteurs, avec qui on peut échanger ses impressions, le livre lu. Comme celle de « L’Échappée belle ». C’est le nom de la librairie qui ferme en cette fin d’Octobre.

Qui ferme… j’ai envie d’écrire « qui se ferme » telle une fleur qui atteint le bout de son existence. Comme un livre dont on a tourné toutes les pages et qui arrive au mot FIN. Sans nostalgie.

Nous savons que tout ce qui vit, meurt. Cette belle histoire de « L’Échappée belle », nous l’avons vécue, nous, les abonnés fidèles à ce havre de lecture ; nous avons goûté au sel des mots découverts sur ses rayons.

Comme elle nous manquera la petite librairie de la rue Victor Mac Auliffe!  Comme il nous manquera l’accueil toujours souriant et chaleureux de Frédérique et de Claude, les propriétaires ! Un grand merci à tous les deux pour nous avoir offert ces beaux moments de vie.

 

(Monique MERABET, 26 Octobre 2013)

 

(L'illustration est un collage sur un pastel de Céline Manoel.... à découvrir dans "Le chrysanthème de Noël")

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Danièle 09/11/2013 14:28

Où es-tu Monique ? Je t'invite sur mon blog. A bientôt !

Mariposa 03/11/2013 23:54

Une librairie qui ferme c'est toujours une mauvaise nouvelle, surtout s'il s'agit d'une petite librairie indépendante ... Mais il ne faut cependant pas trop s'inquiéter pour le livre papier et continuer à le faire vivre. Ce sont des fous et des folles comme toi, moi et d'autres qui espèrent envers et contre tous ("en vers et contes doux) qui permettent de continuer à faire vivre ce rêve. Moi aussi j'aime me promener dans une librairie, toucher et sentir les livres avant de les acheter. Par la suite, je lis également avec tous mes sens. J'ai besoin de l'objet-livre ... Alors merci à toi de nous en offrir un nouveau que je suis impatiente de découvrir. Félicitations pour ce "Chrysanthème de Noël" !

Isabelle Joly 28/10/2013 17:05

Oui, tristesse et mélancolie quand une fenêtre sur le monde se ferme, quand les pages d'un lieu où l'on pouvait partager l'amour des livres disparaît, non pas dans l'indifférence mais avec les souvenirs que nous garderons dans notre coeur d'un lieu de partage et de rencontre, merci encore d'avoir existé.

Monique 28/10/2013 18:41

Lieu de partage et de rencontre, comme tu dis si bien Isabelle. J'aurai longtemps en mémoire les dédicaces qui se déroulaient là: elles avaient un cachet si particulier...

claude 28/10/2013 12:21

L'Echappée Belle nous échappe et comme toi je me sens un peu, beaucoup, orpheline. Ce n'est pas demain que nous retrouverons un lieu si charmant et des hôtes aussi agréables et compétents capables de donner un conseil et surtout l'envie de découvrir des ouvrages qui les ont séduits. Bientôt ne resteront plus que des vendeurs de paperasse ( le terme vient de la bouche même d'un de ces pseudo-libraires qui ciblent surtout les produits dérivés mais ne lisent guère eux-mêmes)...et pourtant rien ne remplacera jamais l'odeur de l'encre, le bruit du papier, les pages qui s'ouvrent toutes seules sur les passages préférés. Encore quelques années à pouvoir s'en procurer pour transmettre à la génération suivante des trésors sans prix.

Monique 28/10/2013 18:38

Oui, Claude, sans l'échappée belle nos escapades en ville manqueront d'âme.

Danièle 27/10/2013 19:15

Encore une ! C'est toujours bien triste une librairie qui ferme. Mais il restera toujours des adeptes du vrai livre avec sa couverture qui met l'eau à la bouche et ses pages qui sentent si bon quand on l'ouvre pour la première fois. Un jour, le livre deviendra un objet rare peut-être, mais recherché et donc précieux. Il reviendra alors en force.
Très belle illustration !

Monique 28/10/2013 06:45

L’illustration est tirée de l'album "le chrysanthème de Noël" que tu auras le loisir de découvrir bientôt!