La mer qu'on voit danser (2)

Publié le par Monique MERABET

 

LA POINTE AU SEL

 

 

 

Après le kari poulet

mes doigts lavés à l’eau de mer

- si salée ?

 

Cette impression étrange hier en pique-niquant au bord de la mer à Saint-Leu. Retrouvailles avec ce littoral de coraux où je n’ai pas mis les pieds depuis plus de trente ans… à en oublier le goût de la mer !

Á en perdre tous mes repères, surtout.

 

Pays de mon enfance

la route des tamarins

en plein cœur

 

La route des tamarins : voie incontournable pour retrouver tous ces petits coins fréquentés pendant mon enfance.

Impression très forte d’un hiatus, de l’impossibilité à faire se juxtaposer les petites routes du temps longtemps et cet imbroglio de quatre-voies, ce manège des ronds-points, ces absurdes bretelles… à croire que l’île n’est devenue qu’un nœud de bitume, qu’un bouquet de pistes déployées pour la glorification du Ti Bondië l’oto.

Et cette fracture lorsque l’on croise soudain un p’tit bout de chemin d’antan.

Je l’ai ressentie jusqu’au malaise en découvrant ce qu’est devenue « ma » Pointe au sel, lieu de prédilection de nos parties en bord de mer, du joyeux enchantement de cinq petites filles riant et chantant, bringuebalées dans la caisse du camion. Mes souvenirs aussi de quelques maisons poussiéreuses de pêcheurs derrière leurs haies d’esquines qu’on longeait par des chemins de terre ; pistes cahoteuses où l’on zigzaguait pour éviter les roches affleurant ou les nids de poule. Et les marais salants à l’état d’abandon…

Aujourd’hui, toutes les habitations ont disparu, sans laisser de traces, comme happées par quelque « trou noir » temporel ; l’activité saunière a repris, marquée par les bâtiments banals du musée du sel. Un louable effort de végétalisation a été entrepris… peu convaincant sur ce plateau rocheux à l’herbe éternellement jaunie à la sécheresse de l’Ouest. Quelques filaos pourtant ont atteint une taille normale et c’est eux qui nous mèneront finalement jusqu’au paradis d’autrefois.

« Tu devrais te réjouir de ce retour de la nature » me dit ma nièce pour me consoler de mon désarroi patent.

Je devrais me réjouir, oui, lorsque, parvenue au bord de la falaise, tout l’émerveillement me revient avec une incroyable netteté.

 

Eblouissement in kou d-zië solèy

ce bleu du bassin lo bèl blë tibasin la

d’il y a trente ans konm dann tan lontan

 

Malgré les nombreuses voitures parquées un peu plus haut en plein soleil, le bassin est désert. La baignade serait-elle interdite ?

Qu’importe ! Ma mémoire, elle, fonctionne à merveille.

Et je m’empresse de raconter, de transmettre la cantilène venue de mes jeunes années :

 

Sous un riant soleil, l’eau claire luit sans mystère et lorsque la mer se déverse au bassin de basalte, cristal en averse, les souffleurs fleurissent en gerbes d’opale… superbe !

Un écrin de lave sertit la faune des aquariums, ces mares salines de diamant gris où de noirs poissons amphibies se promènent sur les rochers en toute ambigüité.

L’océan coléreux se rue, en grondant flux dans les goulets crépis de sanglante moire, ces mortelles patinoires où roulent avec furie de lourds galets rubis.

Les cavernes des rives crènelées ont abrité tant de nos baignades et de nos pique-niques enchantés et nos flâneries au bord des flaques truffées de porcelaines saphir. Bel album de mes souvenirs.

 

(Monique MERABET, 14 octobre 2011)

 

 

 

Commenter cet article

Mariposa 09/07/2014 15:26

Ah oui, ça oui, très bel album, plein de poésie et des petites gouttes d'eau salée que tu as fait venir à mes yeux !

Mariposa 10/07/2014 10:12

La maison de mon enfance était à 1km à vol d'oiseau de la mer ! Et nous y allions souvent en famille et quand je dis famille, c'est avec tous les oncles et tantes et cousins, cousines !!! De sacrés pique-niques et de très jolis souvenirs aussi ... Ca me manque beaucoup.

Monique 09/07/2014 18:34

Bien que le village de mon enfance ne soit qu'à quelques kilomètres de la mer, nous n'y allions pas très souvent et ces journées de pique-nique (on faisait cuire le poisson sur place...) ont marqué mon enfance d'une empreinte joyeuse.

Marcel 08/07/2014 09:17

Un beau coin certainement.

Kari poulet ? recette ?

Monique 09/07/2014 18:31

Rien de plus facile, Marcel. Voici la recette du kari de poulet:
Couper le poulet en morceaux. Les faire dorer (en créole on dit rosir) dans l'huile.
Émincer un gros oignon. Piler deux gousses d'ail (avec du gingembre si on veut).
Lorsque le poulet a pris une belle couleur, rajouter l'oignon, l'ail, une petite cuiller de curcuma. Saler. Couvrir d'eau et laisser mijoter une bonne demi-heure à feu moyen.
Bon appétit!