Les échos de l'expo (2)

Publié le par Monique MERABET

L’illustration vue par Céline Manoël :

 

« Le Chrysanthème de Noël est arrivé comme un cadeau, le fruit d’une rencontre virtuelle, un don dans une parenthèse de vie.

Ancienne bénévole de l’APF, je cherche à recréer le lien et à donner un peu de mon temps, à la faveur d’un pied dans le plâtre pour de longs mois. Je donne et je reçois dans ces échanges, car où est le handicap ? moi la valide immobilisée pour une année ? la déprime guette et la proposition « virtuelle » de Monique me jette un défi : utiliser mon passe-temps pour construire ce projet, passer des projets solitaires à l’illustration, entrer dans un projet à 2 têtes et 4 mains … Jamais fait, mais pourquoi pas m’engager dans cette aventure, après tout j’ai le temps comme on l’a rarement dans sa vie !! Et puis, combien de fois ai-je rêvé de faire un livre ? Et si ce rêve pouvait devenir réalité ?

 

Puis voilà les textes de Monique dans ma boite mail…. Et là quelle surprise… une première lecture, une deuxième, quelle richesse et quelle douceur dans ces textes !!!! Quelle écriture si nuancée et si évocatrice ! Quel foisonnement, les mots évoquent mille images ! Quel cadeau que d’illustrer ce texte de Monique !

 

Première étape : la vue d’ensemble

13 textes, 13 ambiances, 13 illustrations…. Un guide à suivre : la pâquerette !

Le souhait de l’auteur ?

Monique que souhaites-tu ? Libre à toi Céline, juste je voudrai un format carré 21*21… bon voilà une envie simple à prendre en compte. C’est peu de contrainte, alors commençons par délimiter cet espace sur la feuille blanche, et essayons tel le poète de ne pas laisser la feuille blanche….

La technique ?

Ce sera le pastel sec sur un papier ultra lisse et sans grain. Les mots de Monique sont doux, et glissent les uns vers les autres : le pastel est doux lui aussi surtout sur papier lisse : on l’applique directement avec le doigt, les couleurs se mélangent les unes aux autres, comme se mélangent les symboles évoqués par Monique. Pas d’instrument entre le dessinateur et le dessin, le pastel est très sensoriel. J’aime les couleurs et elles apparaissent à chaque mot ! Le pastel permet une infinité de nuances et de teintes.

Le style ?

Mes tableaux et mon style sont éclectiques… Monique m’indique les tableaux quelle préfère parmi les miens qu’elle regarde sur ma galerie internet. Elle préfère mes préférés, tout va bien ! Nous allons nous entendre… Nous ne sommes pas dans le graphisme, dans le figuratif, mais dans l’abstrait qui exprime une émotion, pas dans le dessin, mais les mélanges de couleur.

Je fais des esquisses rapides de pâquerette, j’essaye de ne pas réfléchir, d’être instinctive. Cela lui plaît, alors c’est parti. Mon idée est de mêler sur le papier les couleurs, de choisir dans chaque texte un élément principal, de l’évoquer par une représentation partielle, je veux évoquer, sans figurer… Je veux réaliser des tableaux, inspiré du texte, sans chercher à en retranscrire l’intégralité, je cherche à retranscrire une ambiance, une émotion, sans être exhaustif des mots…

Cela veut dire que je ferai des choix, et qu’il faudra que la confiance de Monique soit grande !

La composition ?

Composer c’est orienter le regard pour donner du sens, créer des plans, des perspectives, des profondeurs, des contrastes pour susciter une émotion chez celui qui regarde le tableau.

Il y aura toujours trace de la pâquerette, je souhaite m’appuyer sur ses lignes pour créer un lien entre elle et son écrin. Les couleurs seront éclatantes et riches mais fondues les unes vers les autres.

Imaginez que chaque objet se prolonge, que les lignes de chaque chose se prolongent et croisent les autres, et ce pour toutes choses. Cela créé une trame sur laquelle s’appuyer, on peut alors créer des profondeurs au sein de ces lignes, des creux, des pleins, des mises en abime, on peut jouer à donner du sens, voir un autre sens dans ces interfaces.

Le sens ?

Les références de Monique sont nombreuses, je ne connais pas si bien tous les symboles qu’elles utilisent. Alors je cherche tout, je me documente, je ne veux rien rater de la symbolique associée au texte. Je découvre que la chrysanthème qui fleurit nos cimetières en France métropolitaine est fleur de vie dans le monde, je découvre la Réunion, le flamboyant que je n’ai jamais vu, je découvre la signification de la crosse du berger… Je souhaite faire des choix par choix, pas parce qu’une signification m’a échappé. » (Céline Manoël)

Les échos de l'expo (2)

Le résultat est là, sur les murs de la Bibliothèque Alain Lorraine, tableaux colorés que tout un chacun peut interpréter à sa guise, où tout un chacun peut glisser ses propres émotions. Voilà pour la concrétisation d’une belle aventure !

Mais ce n’est pas tout...

Publié dans Evènements

Commenter cet article

blandine 17/12/2014 18:39

Et bientôt en tournée sur toute l'île ! Enfin déjà à Sainte Marie pour… février 2015 à confirmer.

Monique 18/12/2014 06:24

Pour Sainte-Marie, c'est certain même s'ils ne savent pas encore si ce sera Février ou Mars. Merci à toi Blandine et à tes élèves pour votre précieux concours et c'est vous qui assurerez a deuxième exposition.

Danièle 16/12/2014 19:48

Voilà une bien belle expérience. Bravo !

Monique 18/12/2014 06:21

Et enrichissante! La petite fleur de mon histoire a pris des couleurs et de l'ampleur.