Vive le NaHaiWriMo

Publié le par Monique MERABET

VIVE LE NaHaiWriMo !

 

 

 

Ce serait bien qu’il pleuve aujourd’hui. Ainsi, je remettrai les courses et autres corvées à la Saint Glinglin (mon saint préféré !) et je pourrais enfin avancer ces tâches d’écriture : peaufiner ma nouvelle pour publication, adapter mes haïkus en créole, pour publication aussi… il y a des jours fastes !

Alors, pourquoi diable suis-je allée me fourrer dans ce défi du NaHaiWriMo ? un challenge auquel je ne peux même pas participer correctement, faute de me rendre sur Facebook (ou autres réseaux sociaux). Ma participation frôle la clandestinité à travers des blogs amicaux comme http://haikuduvidetdelaplenitude.blogspot.fr/

Ah ! C’est peut-être ce petit goût de clandestinité qui m’attire dans l’entreprise. C’est plus fort que moi. Il faut que je triture mes neurones pour faire cadrer un haïku ( ?) avec le mot imposé, sans qu’il soit trop banal, trop artificiel. Il est vrai qu’on a le droit de jouer avec le sens, de pallier l’abstraction d’un adverbe par une mise au concret, au sensoriel.

Et puis, trouver une photo qui va avec… ce haisha qui m’échappe souvent.

Et puis, poster un article sur mon blog « à cinquante trois pour cent de visibilité », votre PC a de faibles performances, qu’attendez-vous pour y remédier.

Y a qu’à changer d’ordinateur, ma fille. Nouveaux logiciel, nouveau traitement de textes, nouvel imbroglio de « pourquoi ça marche pas ? »… Tout me fait peur.

Je suis obsolète.

Une petite-nièce de 9 ans, me regarde sortir mon téléphone portable (un téléphone qui téléphone, c’est tout).

- T’as les mêmes goûts que Papy

- ??

Sa moue me laisse supposer qu’elle ne me fait pas un compliment.

- Tu aimes le même genre d’appareils que lui.

Sous-entendu : ce machin antédiluvien ; dans son entourage, on i-phonise, i-padise depuis longtemps.

- Obsolète, lui dis-je. On dit obsolète.

Je suis contente. J’ai rempli ma mission de grand-tante ; j’ai appris un mot nouveau à l’enfant.

 

(Monique MERABET, 6 Février 2015)

Vive le NaHaiWriMo

Et pour rattraper un peu de mon retard (faire le NaHaiWriMo buissonnier, cela implique forcément un décalage), voici celui du 4 Février

tout nu

 

à mains nues

praliner les racines

mon petit cotonnier

Publié dans événements15

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Je jardine, mais je ne connaissais pas la définition botanique de &quot;praliner&quot;, juste le terme pâtissier !<br /> A moi aussi tu as appris un nouveau mot ! (Moi aussi mon téléphone ne fait que téléphoner ou presque, en tout cas, il ne peut même pas être qualifié de smartphone !!!)
Répondre
D
Pour Marcel,<br /> Mais si, cette fabrication de haïku est artificielle. Pas toujours à 100% d'ailleurs ! Mais qu'importe on peut s'amuser de temps en temps, non ?
Répondre
M
Oui, bien entendu ! puisque je participe !
D
Bravo, Monique ! Doublement bravo ! Texte drôle et haïku charmant. Bchonne-le ton cotonnier pour qu'il ait des fleurs splendides !
Répondre
M
Oui j'ai des fleurs magnifiques roses ou jaunes... et du coton aussi.
M
Je me pose une question : cette fabrication sur commande d'un haïku n'est-elle pas artificielle ? Je n'ai pas de réponse...<br /> Que signifie &quot;praliner&quot; des racines ?
Répondre
M
Et voilà! Je t'ai appris un mot nouveau. (sourire)
M
Si! Je trouve ça artificiel aussi. Mais c'est un jeu et jouer avec les mots, c'est du plaisir. Mais je ne prétends pas faire œuvre de haïjin ainsi. L'écriture a plusieurs niveaux...
M
J'ai trouvé ! Mot jamais entendu avant dans ma Gaule ! L'excuse : le jardin et moi, on ne se fréquente pas !