Faits d'hiver

Publié le par Monique MERABET

Faits d'hiver

FAITS D’HIVER

Fête de la musique

ah ! comme le vent m’inspire

au solstice

Je me suis levée plus tôt afin de voir si le jour a rallongé déjà. Oui je sais, je sais, quelques minutes… imperceptibles au début.

Le ciel se dessine à gros pâtés grisonnants. Barbouillage dont je serais capable, dis-je au peintre, là-haut. Et puis, le gris se poudre de rose et s’éclaircit. Presque une fragrance venue du temps longtemps.

Ineffables teintes que je ne saurais reproduire. Ni décrire. Du côté de la mer, un petit nuage rosit si lumineusement.

Jour de solstice, jour de fête de la musique. Je pense au poète disparu que la musique inspirait. Mozart, surtout.

Je rajoute une poignée de blanc, le riz des oiseaux. Le ris des oiseaux. Tap, tap, tap ! sur le métal. Les becs tambourinent un chant d’allégresse ; les piafs comptent les grains.

Temps de Ramadan. Le chat blanc a couché dehors, sous un auvent, au milieu des plantes en pot. Gros matou délaissé maintenant que les enfants sont grands.

Des pas invisibles courent jusqu’au bout de la ruelle. La femme crie « Bonne journée ! ». À l’enfant partant pour l’école ?

Un frimas crisse sa brume sur mon visage. Vite, il faut rentrer. La grippe sévit, épidémie d’hiver, en avance, dit-on. Précaution à prendre : se laver fréquemment les mains (sic). Le virus grippal s’attrape avec les mains ?

Premier matin d’hiver, annonce la météo. Sur le fil, un oiseau solitaire attend le soleil. L’heure où le vent s’apaise. L’heure où les rumeurs de la ville s’éveillent. Que me réserve la vie, aujourd’hui ? Quelle merveille insoupçonnée ? Quelle bonne nouvelle ? Combien de pages écrirai-je ? Nul horoscope ne saura me le dire.

Paresser au fil de ma plume. Un oiseau s’envole. L’instant avant que le vent renaisse. L’instant d’après. Égrener mon chapelet de mots.

Encre mauve

mes lettres ressemblent

aux oiseaux

(21 Juin 2016)

Publié dans Chr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article