Le vent du ciel

Publié le par Monique MERABET

Le vent du ciel

VENT DU CIEL

L’indigo du ciel

le temps de trouver son nom

un nuage avance

même en rêvant ne savoir

comment rattraper le vent

Matin de Mai frais et bleu. Arrêter de disserter sur la douleur. Muscles froissés, doigts écrasés… et alors ?

Les ombres des oiseaux volettent sur le mur ; la mangeoire est vide. Pépiements ; les ombres quittent le mur. Remuement de feuillages ; c’est le vent.

Oh ! Revenez les moineaux ! Je vous ai mis du riz, là ! Comme d’habitude, à la branche du benjoin. Vous retrouverez facilement l’endroit… au-dessus du pied de cœur-de-bœuf blanchi par vos soins.

Je n’ai pas mal en écrivant, o gué, o gué !

Et ce bleu… Si j’étais peintre… Dire que toutes ces nuances viennent de la matière, de la façon dont les matériaux captent ou renvoient la lumière, de la capacité qu’ils ont d’absorber telle ou telle fréquence du spectre arc-en-ciel. Cela se mesure en quelle unité, déjà ?

Pause google : les longueurs d’onde se mesurent en nanomètres (nm)

La vision humaine a une sensibilité maximale de perception pour un rayonnement d’une longueur d’onde de 555 nm. Le spectre des couleurs perceptibles est continu et va de 380 nm (violet) à 700 nm (rouge).

Pendant la pause, le bleu a pâli. Quelques filaments aux formes étranges traînent en bordure de masses nuageuses plus compactes.

Bouquet de feuillages

bouquet de nuages

l’un avance… l’autre pas

Un liseron blanc s’anime — tête de cheval ? Chenille ? — de trépidations. Le vent s’amuse.

Le vent est roi. Quel autre élément peut se targuer de le détrôner ? Il souffle au soleil ; il souffle à la pluie. Il souffle la nuit (avec ou sans lune) et il souffle le jour.

Le vent se moque bien du spectre des couleurs. Il fait s’envoler feuilles vertes, feuilles jaunes, feuilles brunes… et les pétales arc-en-ciel.

Je suis le vent. Être le vent ? Hum…

Suivre le vent, c’est plus facile ? Hum…

S’il n’y avait pas l’arbre ou l’oiseau, comment saurai-je le repérer ? Les feuillages et les ailes sont les bannières du vent. Les nuages aussi, même s’ils semblent immobiles ou très lents.

Vent du ciel

de toit en toit

le nuage

Les toits… Drôle d’échelle pour mesurer les nuages.

(28 mai 2016)

Publié dans haïbuns

Commenter cet article

blandine 19/06/2016 05:29

si le vent faiblit ou part souffler ailleurs, il reste l'Haïbun

Monique MERABET 19/06/2016 08:58

Les écrits restent. Le vent aussi... Brrr!