Un haïku m'a dit

Publié le par Monique MERABET

Un haïku m'a dit

LE HAÏKU M’A DIT

 

 

 

Les jours se suivent et se ressemblent. C’est ce que j’écrivais déjà hier. Du moins, ce que j’ai eu l’intention d’écrire. Et puis, un oiseau, un chat, un moucheron viennent interrompre le rythme des heures lentes et creuses. Parfois un haïku…

Le billet de l'éditrice de Liroli sur le haïku : vie d’esprit, vide esprit et le coquelicot. Haïku, qui es-tu?  dit-elle.

Chaque instant en a le potentiel et pourtant… seuls cette fulgurance là, ce coup au cœur là se laisseront glisser en mots, en partition de trois lignes, kigo (peut-être) et kireji (sûrement) à la clé.

 

Ce frémissement

au bout des fleurs naissantes

est-ce un haïku ?

 

Non, peut-être pas. Juste mon horizon, carré bleu que délimitent paravent et mur et clôture. Carré qui tend vers l’infini. Mathématique et spiritualité.

 

Tranche de bleu

entre mur et paravent

un chant au loin

 

Espace-temps élargi. La vastitude s’échappant du fragment syllabique. Mon souffle dix-sept mores et le non-dit abolissant le carcan temporel, dispersant mon âme en un espace vie d’esprit… vide esprit…

Vis d’esprit ! Le haïku porte conseil à celui qui a égaré son âme au marigot des désirs morbides, à celui qui a bazardé son cœur par-dessus le moulin aux ailes brisées que le vent ne fait plus chanter.

 

Casserole vide

souvenir du riz d’hier -

un oiseau s’est posé

 

Haïku reliant présent et passé, non-dit suggéré. Cette impression de retrouver une ambiance déjà vécue, au fin fond de mon âge.

Et cette étrange sérénité qui habite soudain le monde, pause généreuse de l’esprit dilaté aux confins de l’incommensurable, de l’impondérable. Qui a dit que je ne saurais pas voler.

 

(20 Octobre 2016)

Publié dans haïbuns 16

Commenter cet article

Danièle 31/10/2016 14:42

Oui, c'est bien cela le haïku : un espace-temps élargi. Belle semaine, Monique !

Monique MERABET 02/11/2016 18:42

Merci Danièle. Je crois que l'on ne peut dire qu'une facette du haïku... Et c'est merveilleux de penser qu'il y a encore tant à écrire, à dire.

Marcel Peltier 31/10/2016 09:04

J'aime beaucoup.

Une conclusion évidente, mais à partager : chacun possède un style personnel, vive la liberté d'expression.

Monique MERABET 31/10/2016 11:07

Ce sera avec plaisir que je lirai cette synthèse, Marcel. J'ai tellement appris en suivant votre évolution vers le minimalisme... Merci pour vos lectures et commentaires.