Cultiver son jardin

Publié le par Monique MERABET

Cultiver son jardin

CULTIVER SON JARDIN

 

 

 

Au creux de ma paume

soleil de dernière mangue

sans aucun regret

épargner l’herbe si haute

quand s’y cache un liseron

 

Les oiseaux se chipotent pour les derniers grains de riz de la mangeoire. Le ciel s’est grisé et la fraîcheur prend ses quartiers un peu plus largement chaque matin d’arrière-saison. Temps d’automne qui ressemble tellement à un printemps.

Je devrais refaire les potées, préparer la terre pour de nouvelles germinations : coquelicots à semer, plus tard, lorsque s’éteindra le rouge du cardinal.

Motte de terre à prendre dans la coupe de mes mains. Apprécier son toucher granuleux. La terre est genèse d’un monde d’insectes et de fleurs, berceau des œufs ronds des caméléons et des lézards endémiques ou clandestins, écrin d’une chrysalide qui jaillira à la lumière… Tant de vie dans une poignée d’humus, matière créatrice par excellence.

 

L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. (Genèse)

 

Rêver de la graine inconnue venue d’autre Eden, celle qu’apportera l’oiseau ou le vent, celle qui voyagera en queue de comète, traversant d’autres galaxies, sources d’autres formes de vivant.

Composer un jardin de poète concrétisant un souvenir heureux, une pensée limpide, un sourire de Petit Prince…

Voir au sablier des poussières filant entre es doigts la feuille nouvelle, le cocon, la larve devenue moucheron et le paysage des gouttes acrobates après la pluie.

Cultiver mon jardin tant qu’il me sera donné. Et respecter les plates-bandes du voisin.

 

Si j’avais coupé l’herbe haute

J’aurais détruit le liseron

Toujours remettre à un jour autre

Ce qui peut troubler l’horizon

 

(12 Avril 2017)

 

Commenter cet article

Mariposa 13/04/2017 12:33

Que de messages et de paraboles dans ce joli texte, Monique !
Je m'apprête moi aussi à (re)créer un jardin de poète dans ma nouvelle maison. Je n'ai pas de terre, juste une courette, alors ce sera un jardin en pots, mais un jardin quand même ! Et tu as raison, il faut toujours respecter les plates-bandes du voisin, ce pas couper si on risque de tuer le liseron :)

Monique MERABET 16/04/2017 07:53

Mille bénédictions pour ce jardin à créer, Patricia! Il sera merveilleux même s'il ne contient qu'une seule rose comme la planète du Petit Prince.

Isabelle Joly 13/04/2017 03:54

Merci pour cette poésie à fleur de terre : notre jardin, lieu de ressourcement, d'émerveillement et de bonheur tranquille, il nous offre l'harmonie et nous renvoie à la fragilité des relations humaines. gardons les pieds sur terre, là d'où vient la sagesse.

Monique MERABET 13/04/2017 08:46

Je crois aussi que nous devrions toujours avoir en tête (et en coeur) que nous sommes tous pétris de la même poussière et que nous partageons la même fragilité.