Eloge de la pluie

Publié le par Monique MERABET

Eloge de la pluie

ÉLOGE DE LA PLUIE

 

 

 

Rythme de la pluie

du plus profond de la terre

ce qui se réveille

au plus profond de mon âme

voile de ciel étendu

 

« Une pluie paresseuse » : j’ai glané l’expression dans un ouvrage que je lis actuellement. Le qualificatif de « paresseuse » appliqué à la pluie m’intrigue tant il me semble insolite. Quelle signification lui donner ?

Je m’ingénie à imaginer une pluie qui paresse : fine ? régulière ? Comme celle d’hier après-midi, m’incitant à la sieste, au haïku. Je ne sais pas trop comment le tourner mais, c’est évident, cette pluie-là mérite un tercet, un tanka.

 

Pluie d’avril

paresseux sera

mon haïku

 

Dire pourquoi elle me semble paresseuse, pourquoi elle me rend paresseuse… bienheureuse. Ou ne rien dire du tout — non-dit gagnant — laisser à l’adjectif le vague de son mystère, pourquoi paresseuse, se demandera-t-on ?  

 

Pluie, pluie, pluie

trilles des oiseaux

en sourdine

 

Je la sens bénéfique au jardin, aux escargots. Elle n’a rien de la violence d’un orage. Elle tombe, droite et régulière, sans fin, invisible à mes yeux de chair ; tit bruit, tit bruit, elle raconte sa chanson.

Elle a tant à dire à ceux qui savent l’écouter : les gouttes se sont formées bien loin d’ici, à l’équateur ou au pôle ; elles ont voyagé d’un continent à l’autre, d’un océan à l’autre. Le goût de l’ailleurs.

Elle n’a pas ce parfum de terre desséchée que réveille l’ondée : odeur de poussière mouillée, de pétrichor. Impression de langueur, de continuité. Elle est fragrance humide qui prend son temps, qui imprègne l’air et l’espace, m’environne de cette sensation lente, brume sur mon visage.

Douceur du voile floutant les montagnes. Un peu de ciel descendu sur nous. La pluie, ce matin, porte toutes les respirations de la nuit.

 

Ce rêve berçant

mon sommeil

la pluie s’en souvient

 

(20 Avril 2017)

 

Commenter cet article

Mariposa 07/05/2017 21:28

J'aime énormément le dernier haïku.

Monique MERABET 08/05/2017 11:56

Merci Patricia! Heureuse de le partager avec toi.