Chiyo-Ni, une femme éprise de poésie

Publié le par Monique MERABET

Chiyo-Ni, une femme éprise de poésie

CHIYO-NI

Une femme éprise de poésie

 

 

Restons vivants ! le cri des amis poètes en ces temps troublés… trouver en ce ciel gris, raison d’espérer. Le muguet déjà défleuri, dit une autre amie, j’ai cueilli mes premières roses et pivoines. Longue vie aux fleurs de l’été qui viendra !

 

Comme ils sont beaux

les rêves que je fais encore

de printemps en fleurs           

           

Et si je m’offrais un bouquet de haïkus ? Tout un jardin ? Celui de Chiyo-Ni, justement. Me ressourcer à ce liseron :

 

Au seau du puits

un volubilis enroulé

J’irai quêter l’eau

 

Ah ! Croire encore que demain, les hommes se partageront un peu d’eau de leur puits.

Les haïkus cités ci-dessus sont puisés au recueil

 

CHIYO-NI

Une femme éprise de poésie

(paru en 2017 aux Éditions Pippa)

 

Un beau titre qu’ont choisi Monique Leroux-Serres et Grace Keiko pour cette suite de deux cents haïkus de la poétesse, qu’elles ont traduit et qu’elles présentent ici. Un inoubliable voyage dans la poésie de cette femme du XVIIIe siècle, venant d’un Japon devenu mythique à nos yeux d’occidentaux, pratiquant avec sagesse l’art de rester vivants.

L’ouvrage commence par une biographie de Chiyo-Ni, tombée dans « l’étang » de la poésie et de la peinture dès sa plus tendre enfance, ses parents tenant un atelier de montage de rouleaux de calligraphie. Étonnant parcours que celui de cette femme qui sera tour à tour chef d’entreprise, nonne, professeur, voyageuse et… avant tout, haijin et calligraphe. Une vie accomplie « bien qu’elle soit une femme », à sa façon de femme, sans rien renier de sa féminité.

La présentation des textes de Chiyo-Ni par Monique Leroux-Serres et Grace Keiko, rompt avec le classement traditionnel par saisons… pour le plus grand bonheur de la petite faiseuse de haïkus réunionnaise que je suis, aux saisons décalées d’un autre hémisphère.

Les haïkus retenus — « Nous avons évités de reprendre beaucoup de haïkus déjà présentés dans des ouvrages en français », disent les auteures — sont mis en scène en deux parties :

La beauté du monde (paysages… fleurs, plantes, arbres… oiseaux, insectes) et La vie humaine (vie quotidienne, vie de femme, vie de poète, vie spirituelle)

Je retrouve dans cet ouvrage quelque chose de l’esprit des « Notes de chevet » de Sei Shonagôn. Chiyo-Ni porte sur les choses qui l’entourent le même regard optimiste, serein, léger. Suivre ses pas de haïkus, nous mène à l’émerveillement, au sentiment que tout ce qui fait notre quotidien est important et précieux.

 

On ne peut pas faire recension d’un tel ouvrage sans citations : l’occasion de me replonger dans ce recueil agréablement mis en page et finement illustré. Cela m’est pur bonheur et enchantement. Et les poèmes que je glanerai aujourd’hui ne seront pas ceux d’hier ou de demain. Ils sont toujours échos de mes pensées du moment, résonances avec mon humeur du jour ; ils sont aussi éclats de joie qui illuminent ces instants.

Alors, pour fleurir ce Premier Mai, pour qu’il nous soit joyeux…

 

Même les poussières

sur les pailles porte-bonheur

sont belles ce matin

 

Quel trésor

mais quel trésor

ces premiers rayons de soleil

 

Le mois des lettres

En guise de réponse

une feuille tombe

 

La cuisson du riz

oubliée en contemplant

les bambous sous la neige

 

Je me demande

un mois après la pleine lune :

qu’est devenu l’éventail ?

 

(Monique Merabet, 1er Mai 2017)

 

 

 

 

Publié dans Notes de lecture

Commenter cet article

blandine 09/05/2017 20:28

Incroyable coïncidence...je venais de choisir le premier haïku de Chiyo cité ... pour notre prochain projet du cercle O patio ! Je retourne à mon anthologie et laisse le liseron garder le seau au repos

Monique MERABET 11/05/2017 14:17

Le liseron de Chiyo-Ni se laisse volontiers commenter...

Mariposa 07/05/2017 22:28

Encore un ouvrage que je note dans ma liste "A lire" !
Et merci pour le clin d'oeil dans tes notes manuscrites sur la photo :)

Monique MERABET 08/05/2017 11:53

A ne pas rater comme lecture...

Angeline 02/05/2017 22:33

'aime me promener ici. un bel univers. vous pouvez visiter mon blog (cliquez sur pseudo)

Monique MERABET 05/05/2017 18:08

Merci Angelne.