Moineaux péi

Publié le par Monique MERABET

Moineaux péi

MOINEAUX PÉI

 

 

 

Dessus, dessous

je reconnais sans peine

les moineaux

 

Posés sur le câble, des moineaux, je ne vois que du blanc. À se demander si ce sont vraiment des moineaux, piafs, pierrots… Et puis ils sont si gros. Ce sont des morphes, presque des endémiques. Depuis que le premier couple s’est échappé d’une volière au XIXe siècle — zoizo dëor donc — l’île les a façonnés à sa manière . Zoizo péi.

 

Nouvèl bann dalones

mi partaj mon moino

sanm zoizo dëor

 

Fête des Mères

l’hirondelle de Plouy

bâtit son nid

 

Les moineaux (les mâles), il faut les regarder de dessus : richesse du plumage écossais dans les tons marron et gris. Et cette finesse du quadrillage, quel peintre-géomètre saurait l’inventer ?

Zoizo péi, ils arborent leur identité de moineaux des îles en époustouflantes peintures ethniques.

Il n’y a que les humains pour se teindre les cheveux, les lisser, les décrêper… ou alors faire le geai paré des plumes du paon de la fable, plagiaire vite démasqué.

 

Casque noir

ne pas confondre moineau

et cardinal d’hiver

 

Notre ami moineau n’a nul besoin de déguisement. Ni d’illusion.

 

Une branche

au loin la chenille

immobile

et tant pis si c’est

faux-semblant

 

(28 Mai 2017)

Commenter cet article