Redevenu bleu

Publié le par Monique MERABET

Redevenu bleu

REDEVENU BLEU

 

 

 

Compter les oiseaux –

un lendemain d’élagage –

que le vent ramène

 

Un nuage s’illumine. Dire que je suis à la fois le nuage, le soleil et les yeux qui voient.

Un haïku réussi ? Si j’arrive un jour à l’écrire… Lendemain d’élagage.

Comme les oiseaux, je suis un peu inquiète : tout ce vide soudain. Sur quoi nous percherons-nous, ô frères ailés ?

Le câble qui vous sert de guide vers la provende d’un peu de riz — maïs ce matin ; vous aimez ? — peine à supporter une de mes pensées.

Trop laid, trop matériel… noir plastique caoutchouteux. Les aspérités que je distingue, vos coups de bec les auraient-elles provoquées ?

Un rameau de buis oublié ou volontairement laissé. Bûcheron, arrête un peu ton bras !

Au petit matin, un volet a claqué. Dire que je suis à la fois le vent, le bois et la dormeuse sous la couette.

Écrire tout cela. Voilà pourquoi le ciel est redevenu bleu.

 

(28 Juin 2017)

 

 

Publié dans Courts d'hiver

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article