Infiniment

Publié le par Monique MERABET

Infiniment

INFINIMENT

 

Parfois le premier mot arrive avec la dernière gorgée de café. Le temps de le savourer.

 Le temps de détourner mes pensées des drames de la route de la désolation de ces lycéens fauchés devant leur établissement.

Le temps de repenser à la petite pluie fine d’hier, en fin d’après-midi, l’oiseau chantant sous la pluie mais je ne l’ai pas vu.

 

Chant clair et haut

l’oiseau si petit pourtant

tiendrait dans sa main

 

Il y a quelques mois, étaient exposées au Jardin de l’Etat des macro-photos d’insectes minuscules, invisibles à l’œil nu. Beauté fulgurante des formes et des couleurs.

Depuis, je regarde autrement les fleurs du manguier songeant aux larves qui s’y dissimulent. Tant pis pour quelques fruits gâtés…

Splendeur indiscernable à notre œil auquel ne se dévoile ni l’infiniment petit (proche), ni l’infiniment grand (lointain).

Oh ! Ma classification reliant taille et distance me paraît bien hasardeuse… j’omets ainsi l’infime grain de poussière accroché à un astre d’outre-ciel ou encore ce vaste ciel qui plane par-dessus le toit, juste au-dessus de ma tête.

Cependant la cage de mes sens n’est pas limite ni barrière. C’est un univers en expansion toujours enrichi de souvenirs, d’imaginaire, de combinaisons insolites… De quoi se laisser vavanguer.

 

Parfum

d’oranger

inopportun

à mes lèvres ce goût

de lait

 

(27 Septembre 2017)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jocelyne 30/09/2017 09:49

Merci Monique. Moral au plus bas en me levant, te lire me remet d'aplomb. Merci merci merci

Monique MERABET 02/10/2017 09:25

Voilà qui m'incite à n'écrire que des choses positives... belles si possible! Merci Jocelyne.