L'iris d'un jour

Publié le par Monique MERABET

L'iris d'un jour

L’IRIS D’UN JOUR

 

 

 

La lune entamée

de ce matin de septembre

poussin de nuage

quel ciel fait-il à Paris

que je l’attende avec vous

 

Fin d’après-midi. L’iris d’un jour a froncé sa corolle, bourrelet bleu nuit. Il y a la lumière pourtant, chaude et dorée ; le muezzin n’a pas chanté la paix du soir. L’iris d’un jour, comme une bouche crispée qui dit non, je ne veux pas mourir encore… L’iris d’un jour aura disparu avec la nuit.

La fleur se fie à son horloge interne. Elle sait ce qu’elle a de temps à vivre.

Météo du jour à la radio : la préposée de service annonce — voix enjouée — « sur la carte, tout est en jaune, journée ensoleillée pour tous »… Elle n’a pas pris la peine de regarder par la fenêtre, ciel gris sur Saint-Denis ; c’est là qu’elle travaille pourtant.

Mais ils ont peut-être supprimé les fenêtres — ne pas ouvrir à cause de la clim, les ordinateurs, vous comprenez… — et l’éclairage néon dispense une lumière constante ; pas comme le soleil qui suit une parabole, monte et redescend, se laisse embarrer par un nuage. Pffft…

Ce qui s’affiche sur les écrans est incomparablement plus fiable ! Et puis, pas la peine de se lever… Tu m’apportes un café, Claudine ?

 

(11 Septembre 2017)

Publié dans Courts d'hiver

Commenter cet article

jocelyne 15/09/2017 15:09

Non pas si triste. La fleur sait le temps qu'elle a à vivre. Si c'était pareil pour nous ?? difficile sans doute, mais cela changerait-il quelque chose à nos attitudes, à nos choix de vie ??

Monique MERABET 18/09/2017 12:17

Non, heureusement on ne le sait pas... enfin, ni le jour, ni l'heure.