La nébuleuse du café

Publié le par Monique MERABET

La nébuleuse du café

LA NÉBULEUSE DU CAFÉ

 

 

 

Mon ciel flamboyant

le parfum de sa glycine

nouvelles d’hier

 

Bouillonnement à la surface du café. Nébuleuse enfantant ma journée. Combien d’étoiles en ce matin de mai jaunissant ?

Combien d’idées nouvelles ?

Le couchant formidablement rouge, sanguine même, d’hier annonce quelque chose d’exceptionnel. Lire l’avenir dans le marc des nuages, on y lit bien le temps qu’il fera demain.

À travers les cages dorées des feuilles bois de corail je vois défiler les printemps de Provence. Autrefois, il y a longtemps.

Les premières fraises, m’écrit Danièle… aussi émouvantes que les premières cerises. Merci aux amies qui m’envoient régulièrement senteurs et couleurs, glanées sur leurs chemins printaniers.

Même si mon jardin me comble quelle que soit la saison, j’ai besoin de cet ailleurs, des bords de la mare, des prairies de coquelicots, du myosotis et du parfum de la glycine. Celui du souvenir d’enfance s’est envolé. Mais je sais qu’il existe et il enchante mon souvenir.

Vie d’hémisphères partagés. Se sentir riche des deux. Habiter ici et ailleurs.

 

Ce matin m’arrive

sac brodé d’un coquelicot

idée de voyage

 

(23 mai 2019)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article