Octobre à la petite semaine

Publié le par Monique MERABET

Octobre à la petite semaine

OCTOBRE À LA PETITE SEMAINE

 

 

 

Lundi,

 

Projet haïkus : m’inspirer d’illustrations aquarelles. Elles parlent du canal d’Amiens, de la Baie de Somme, de cathédrale, de coquelicots… Et mes souvenirs reviennent en force, puisés à cette parenthèse d’automne si chère à mon cœur. Charente, Picardie… les parents, les amis. Forêts et champs de betterave et le coquelicot qui m’attendait, et le nuage touchant terre… impressions d’automne revues aux variations de mon printemps d’octobre.

Les gens de la France du nord vivent profondément cette mutation climatique : gris et froid qui s’installe, feuilles qui s’envolent, le dénuement annoncé, l’hiver qui vient.

 

De Dora Libellule ma correspondante sur Twitter :

 

Comment consoler

un ciel d’octobre en larmes

sans être indiscrète

 

Et la réplique depuis mon jardin austral :

 

Pluie d’octobre

trâlée de fleurs blanches

au buis de Chine

 

Envolées d’orchidées tit pigeon aussi… mes plantes barométriques qui fleurissent dès que le ciel se met à semer des gouttes.

Mais pour l’instant, octobre ne nous abreuve (hyperbole !) que de fines farines de pluie : perles/larmes venues de pays où il ne pleut pas.

Sur mon café ce matin, cela pourrait être une tête d’oiseau, une amibe, une paramécie… forme de vie uni ou pluri cellulaire. Pour moi quelque chose d’informe, de réfractaire à la poésie, aux haïkus… Automne de poète ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article