Passent les papillons

Publié le par Monique MERABET

Passent les papillons

PASSENT LES PAPILLONS

 

 

 

Papillons d’or et d’argent

êtes-vous tous pareils ?

ainsi voient mes yeux

 

Défilement sur mon écran, pixels devenus papillons. Trois des quatre chenilles confiées aux Maternelle ont fini par éclore à la lumière du jour.

Chemin d’ocelles uniformément dispersés. Y a-t-il une marque pour distinguer le mâle de la femelle ?

Ils s’envolent, chacun de leur côté. Pour se retrouver un jour, par hasard, dans une semaine ou deux, les pattes jaunes du pollen amassé… combien de fleurs butinées ?

Veux-tu m’épouser ? dans le ciel de mon jardin ou accrochés aux feuilles : combavas, citrons chinois, mandariniers, orangers, issus de graines dispersées dans le compost. La boucle sera bouclée.

Vie brève d’un papillon : quelques semaines me dit-on, plus ou moins. Plus longtemps que les iris d’un jour en tout cas. Éphémère qui se perpétue, renaît… un peu le même, un peu différent.

Ah ! Je les baptiserais bien mes papillons mais comment les reconnaîtrai-je ensuite ? Perlin et Pimpin, noms de jumeaux, de clones, cela leur irait bien.

Tant de légèreté dans leurs évolutions de fleur en fleur. Les papillons passent et les corolles demeurent encore un peu pétales et déjà le gonflement d’une fécondation libre et minutieusement programmée : ce gène et pas un autre.

 

Papillon de Vinson

j’ai soixante-dix ans et

ne sais pas voler

 

(26 septembre 2019)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
* Papillon oublié sur les fleurs, sieste. *
Répondre
M
Très beau!