Cheveux

Publié le par Monique MERABET

Cheveux

CHEVEUX

 

 

 

Sur l’écran noir

les arcs de cercle se croisent

mes cheveux blancs

 

Nuages fuligineux au fond, et plus près, la blancheur éblouissante qu’étale le soleil. Contrastes d’un matin d’avril. J’ai cherché l’arc-en-ciel.

Mais la saison fraîche n’est pas assez avancée pour cela : le gingembre fleurit à peine, en petits épis.

M’intéresser plutôt aux figures géométriques que dessinent deux cheveux tombés sur l’écran : début de rosace ? Faut-il m’en arracher une poignée pour espérer voir se former un mandala ?

Cheveux de saison… ils tombent toujours à l’automne ; leur chute accélérée par le manque de soin dû au confinement.

Mon corps vit à l’unisson des saisons, il est kigo. Hé ! S’il nous poussait des fleurs sur la tête, au printemps, capucines, frangipanes, corbeilles d’or… mais pas ancolies ! Rêver d’une couronne d’iris, d’un diadème d’orchidées, d’un semis de primevères, d’un bonnet de jonquilles, d’un sous-bois de muguet… bientôt le mois de mai.

Délire d’outre hémisphère. Le muguet ne fleurit pas dans nos parterres tropicaux. À cause du rytme circadien auquel nous sommes soumis avec les plantes et les animaux. Ici, nos journées de lumière sont trop courtes, même au solstice de décembre.

Chanter le temps du muguet ou le temps des cerises, relève de la fiction exotique. Nous contenter des ersatz : cerises à côtes ou cerises du Brésil, muguet pays, etc. ainsi nommés par analogie à ces fruits — Ah ! Ceux d’ailleurs semblent plus savoureux — décrits dans nos manuels scolaires qui nous ont appris les saisons vraies.

Au temps du fret aérien devenu routinier, on peut aussi brouiller les pistes, détourner solstices  et s’offrir un double été cerises et letchis. Ou bien manger nos goyaves sans attendre celles de France…

 

En mon jardin d'autre hémisphère

le muguet ne saurait se plaire.

Mai pour semis prioritaire

coquelicots que je préfère

 

(Petit journal des cheveux 43, 28 avril 2020)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article