Horloge de feuilles

Publié le par Monique MERABET

Horloge de feuilles

HORLOGE DES FEUILLES

 

 

 

Ombres sur le mur

m’inventer les oiseaux

de mes heures

 

Vivre avec son temps, avec son corps, avec son âge. Vivre comme on est. Ne rien regretter des états antérieurs lorsqu’on voyait mieux, qu’on était plus alerte, plus souple.

Vivre avec la Terre ce sursis de non-faire, de non-produire, de vacance. Être l’oiseau qui revient et dont on croyait l’espèce disparue ; accueillir sans s’étonner son retour pour goûter à l’air plus pur, à la liberté de se déplacer en ces lieux que l’humain n’habite plus.

Les regarder avec le cœur… Et si vous rangiez vos fusils ?

Vibrer avec les abeilles de là-bas, celles butinant aux champs de colza, ce jaune qu’on n’avait jamais connu aussi vif, comme le mauve du lilas. Violet/Jaune, couleurs qui se complètent, qui forment le tout.

 

Mouche du dimanche

ton bourdonnement m’agace

où est ton miel ?

 

Je me suis levée plus tôt. Fraîcheur du matin où les pensées s’ébattent, plus fraîches, elles aussi. Le ciel n’a pas encore pris son bleu de croisière, celui de la mer d’un matin vacances.

Le vent ne s’est pas encore levé (se lèvera-t-il ?) et flottent quelques traînées de nuages inorganisés ; leur éclat par-dessus les toits, à l’est.

Chaque instant a sa lumière particulière à laquelle s’accordent les chants.

Ombres du mur encore à attendre : cadran marquant mes saisons. Je les connais, je sais leur déploiement, leur effacement quand monte le soleil…

Horloge des feuilles, oiseaux à découvrir, trésors renouvelés.

 

Les voilà !

ombres des feuillages

marquant l’heure

 

(Petit journal des heures 41, 26 avril 2020)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article