Le temps d'une fable

Publié le par Monique MERABET

Le temps d'une fable

LE TEMPS D’UNE FABLE

 

Ciel gris. Que peut-on faire d’un jour de grisaille ? À moins que l’on ne songe… répondrait Jean de La Fontaine ;

Fabuliste fabuleux, était-il affable ? Je n’en doute pas : les gens qui s’intéressent aux comportements animaux possèdent en eux une bienveillance, une poésie naturelles. (sauf éleveurs en caque, bien entendu !)

L’année Jean de La Fontaine, à fêter ici comme ailleurs.

Il me revient l’histoire de cette institutrice expliquant à ses petits élèves réunionnais, comment classer les animaux.

Que mange le renard ?

Et la réponse jaillit : « Du fromage »

Corbeau et renard, qui ne sont point d’ici, passés dans les incontournables de culture réunionnaise…

 

Dans mes pérégrinations poétiques, je n’ai pas manqué de m’essayer aux fables, les inscrivant dans un contexte créole. Voici ce que sont devenus loup et agneau :

 

L’AGNEAU ET LE LOUVETEAU

 

Depuis belle lurette

Les loups ne mangent plus les moutons.

D’un décret en faisant interdiction,

On préparait justement la fête.

Bien sûr, il avait fallu beaucoup de temps

Pour estomper l’horreur de ces honteux carnages ;

Mais si quelques anciens en demeuraient méfiants

Il n’en était pas de même du jeune âge :

Ceux qui jouaient aux mêmes jeux,

Chantaient les mêmes rimes

Partageaient, insoucieux

Leurs plurielles racines.

 

C’est ainsi qu’un louveteau et un agnelet

Se prirent d’amitié fraternelle,

Et s’en furent, à leurs parents, conter

La bonne nouvelle.

Hélas ! Monsieur Loup s’était pris de querelle

Avec Monsieur Bélier. On en ignore la cause

Mais cela changea la face des choses ;

Loin de féliciter leurs tendres rejetons

De cette entente cordiale,

Ils entreprirent de leur faire la morale

… À leur façon.

 

— Mon enfant, dit le bélier,

Les loups sont ovicides et ils ont décimé

Notre espèce pendant des générations ;

Et ceux à qui ils faisaient rémission

Se voyaient dépouiller de leur blanche toison.

— Mais, Papa, rétorqua l’agneau, désorienté,

Mon ami est trop jeune pour en être accusé.

— Si ce n’est lui, c’est donc son père,

Ou l’un de ses ancêtres. Ils sont tous responsables

De ces crimes inexpiables !

— Pourtant, reprit l’agneau, timidement,

Mon copain est gentil loup et il me semble

Qu’il doit être quelque peu de nos parents :

Ses poils gris et frisés, aux nôtres, ressemblent.

 

Père Bélier en blêmit de colère :

— La honte soit sur nous, de cette parentèle !

Ah ! Ils s’y entendaient à forcer nos agnelles !

Pour ces crimes impies, notre sang crie vengeance.

Mon fils, reste à l’écart de cette perfide engeance !

 

De son côté, Messire Loup fit ses remontrances :

— Mon enfant, dit-il, au louveteau interloqué,

Les moutons sont menteurs, hypocrites et voleurs ;

Ce sont des êtres vils, de race bien inférieure

À nous autres loups, de si haute lignée.

Nous leur avons tout appris, des bonnes manières,

Nous avons tout fait pour les civiliser.

Mais leur ingratitude fit qu’ils nous poignardèrent,

Au lieu de nous remercier.

— Mais Papa, rétorqua le louveteau désorienté,

Mon ami est trop jeune pour en être accusé.

— Si ce n’est lui, c’est donc son père

Ou l’un de ses ancêtres. Ils sont tous responsables

De ces fautes inexpiables.

— Pourtant, reprit le louveteau, timidement,

Mon copain est mouton bien élevé et il me semble

Qu’il doit être quelque peu de nos parents ;

Sa longue queue, à la nôtre ressemble.

 

Père Loup en perdit tout son sang-froid :

— La honte soit sur nous, de cette parentèle !

Ils s’y entendaient à forcer nos demoiselles.

Pour ces crimes impies, notre sang crie vengeance !

Mon fils, reste à l’écart de cette perfide engeance !

 

Le lendemain matin, dans la cour de l’école,

Chacun joua dans son coin… mais ce n’était pas drôle !

Bien vite, ils décidèrent

De laisser ces sottes batailles à leurs pères ;

Et firent mille parties de « Loup y es-tu ? »

Et de « saute-mouton », bien entendu.

 

(20 janvier 2021)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Patricia Houéfa Grange 02/02/2021 19:41

Merci pour cette fable charmante et rafraîchissante chère Monique :)

Monique MERABET 05/02/2021 07:34

Merci pour ta lecture. Le métissage sous un autre angle...

isabel Asunsolo 23/01/2021 16:46

Adorable, ta fable, Monique ! La Fontaine l'aimerait, c'est sûr, et te féliciterait aussi !
isabel

Monique MERABET 24/01/2021 07:45

Merci, isabel. Et merci à Jean de La Fontaine aussi...