Univers d'un haïku

Publié le par Monique MERABET

Univers d'un haïku

UNIVERS D’UN HAÏKU

 

 

La nuit qui descend

ses yeux ne voient presque plus

ni la lune ni l’étoile

 

Regarder les oiseaux voler, quel bonheur ! Et ces drôles de nuages, mi-cirrus, mi-fumées…

Lundi matin. Il tente d’apercevoir le ciel ; il est allé prier face à un carré de vitre, là où il distingue parfois la lune.

Désespoir de l’obscurité qui gagne, jour après jour. Il espère encore.

Il n’a pas vu les oiseaux ; il entend leurs chants.

« Nous avons des oiseaux », sourit-il. « Eux, n’ont que des gargouillis de mortier remué à la pelle. » Ciment et gravats d’un chantier.

 

Le ciel bleu

par-dessus le toit

touffe d’herbe

 

Une graine s’est déposée là-haut. Merci le vent, merci l’oiseau. La pluie a fait le reste. Pluie-fée.

Tous ces petits mots sans suite semés en bleu sur page blanche, est-ce écrire ?

Petits mots sans hâte qui tracent une phrase, tipatipa. Parfois s’accomplit un haïku, un tanka, mes expressions privilégiées. Le seul moyen de ralentir le temps d’une parenthèse d’éternité.

L’univers d’un court poème se déploie. trois lignes, cinq lignes, circonscrivant tout un monde. Va-et-vient de l’extérieur vers l’intérieur de l’être, de l’intime vers l’universel. Mots en partage toujours.

Le sésame du haïku est dans ce pont qui permet de faire un bout de chemin vers l’autre, de l’autre côté, de rendre possible la rencontre de deux imaginaires.

 

Il suffit de passer le pont

c’est tout de suite l’aventure…

 

(3 mai 2021)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Danièle 13/05/2021 07:42

"Tipatipa, ces mots semés en partage". Nous savons combien ces ponts nous sont précieux.