DE L'ART OU ...?

Publié le par Monique MERABET

Au gré d'une balade dans les rues de Saint-Denis...

Le mur du collège -

en une coulée de bombe

l'exhibitionniste



















.








Sur un mur banal

façon azulejo

 fragment de ciel



















Dans le béton frais

 ribambelle du trottoir

attention école!













































Le démon des arbres
sur le vieux portail en bois
-gare au graffiti!









Porte vermoulue -

les fougères à l'assaut

de quelque fantôme

















Le mur lépreux -

dernier sourire avant

démolition












Case abandonnée -

le bloque-volet présent

pour ma photo

Haïkus et photos de monique

Publié dans L'ART

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B

 Tous ces murs ou portes bleutées me font penser à l'infini du ciel et de la mer !


Répondre
I

Dans un tag, ce que j'aime, c'est d'imaginer dans quel état d'esprit était la personne (le jeune ? fille ? garçon ?) quand il l'a peint. Quel bout d'histoire personnelle elle a voulu imprégner là,
comme avant on aimait graver sur un tronc d'arbre.

Oui, tes photos sont très belles et tes haïkus leur sied à merveille.
Mais c'est fait pour, me diras-tu vu que l'un part de l'autre et vice-versa !


Répondre
M

Ravie d'avoir ton commentaire Ida. Et ta réflexion est très intéresante. Tiens! Tu me donnes une idée pour un prochain thème de Pat' Pantin.
En attendant n'oublie pas "SORCIERES" pour le 10 octobre.
Bisous.


J

C'est très original. Eh bien Monique ! Te voilà photographe !

C'est super !

A bientôt,
Joséphine.


Répondre
M

Merci Joséphine. Photographe, c'est un bien grand mot mais j'ai renoué avec le plaisir de faire des photos.


I
J'aime beaucoup l'art urbain, j'en avais fait un article également. Les graff sont comme une empreinte d'un passage, une égratignure, une blessure parfois, un message adressé au monde. Cela plaît ou pas, dans limites du raisonnable (pas sur des batiments classés etc etc ) moi ça ne me dérange pas.
Répondre
M

Moi non plus cela ne me dérange pas. Bien au contraire. C'est le charme d'une balade dans les rues et surtout, c'est une empreinte de vie transcendant le morne béton. L'autre jour justement, ce mur
fraîchement repeint m'a inspiré ce haïku:

Fraîchement repeint
le murde l'école - mon tag
qu'on assassine


S
très sympa ^^ j'aime beaucoup l'art urbain
Répondre