Carnets de vacances (3)

Publié le par Monique MERABET

LE CIEL DU PÉROU

 

 

 

Ce bleu marine

au-dessus de l’église

un autre ciel ?

 

Je dis parfois que chez moi, ce sont les nuages qui voyagent. Et qu’il me suffit de les suivre ; en quelque sorte, je n’ai qu’à cueillir les impressions de leurs secrets carnets de vacances, connus de moi seule. Hé ! J’en ai le droit… Ce sont mes nuages, après tout.

Hier pourtant… pas un nuage au ciel de midi, du côté de la cathédrale de Saint-Denis, un sobre bâtiment tout de blanc repeint.

Et ce bleu que je ne saurai définir, décrire, un bleu oscillant entre le bleu marine et l’outre-mer avec une pointe de violet. Un bleu qui me rappelle… quoi donc ?

 

RUE11-6.JPGPlace de la cathédrale

les troncs tarabiscotés

me racontent…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au départ, j’avais eu l’intention d’aller admirer l’allure tourmentée des arbres de la place, de me plonger dans les plis ombreux de leurs écorces. Je voulais aussi retrouver le charme de la vieille fontaine où les canards patinés crachent et recrachent indéfiniment la même eau aux reflets  toujours renouvelés lorsqu’elle réapparaît.

 

RUE11-3JPGBecs forgés

des canards de la fontaine

jaillit la lumière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, je suis restée plantée là, fascinée par le bleu insolite du ciel, presque tétanisée, incapable de faire les quelques pas qui me mèneraient sur le parvis. Peut-être est-ce ce grand Christ en fer lui aussi qui m’en a dissuadé ? Je le voyais de dos avec juste un bras m’indiquant la direction de l’azur seul digne d’être regardé. Je n’aime pas les représentations trop figuratives du Christ en croix. Drôle d’attachement des chrétiens pour cette image d’éternel agonisant, eux qui prétendent voir en lui le Ressuscité.

Tout au long de la journée, tournent, tournent dans ma tête… et le Christ, et l’église, et le ciel…Le Christ, l’église, le ciel…

Voilà ! C’est au Pérou que j’ai vu ce bleu incroyable ; c’est au Pérou, il y a quarante ans ! Ce que retient le filtre de ma mémoire : la prégnance du fait religieux avec ces églises (moins sobres que ma cathédrale réunionnaise), ces statues, ces processions jalonnant mon itinéraire péruvien jusque dans les moindres bourgades.

 

(Monique MERABET, 8 Août 2012) 

Publié dans Haïbuns

Commenter cet article

Mariposa 10/08/2012 11:19


Les souvenirs nous jouent souvent des tours ! Il suffit d'une couleur, d'une odeur, d'un parfum, d'une texture pour nous renvoyer ailleurs, dans un autre espace-temps. Tu me croirais si je te
disais qu'en me promenant en bord de Garonne, j'ai parfois des réminiscences de la mer chez moi au Bénin ? Rien à voir pourtant ... et pourtant ...


Merci en tout cas pour tes carnets qui nous permettent de découvrir un peu la Réunion à travers ton regard éloigné de celui des guides touristiques.

Monique MERABET 10/08/2012 18:39



Si je te crois, Patricia? Bien sûr! Les chemins de la mémoire sont toujours bien mystérieux. Il suffit de presque rien parfois pour aborder un monde que l'on n'arrive pas toujours à faire émerger
de l'inconscient.



m.o.p. 10/08/2012 09:56


Réellement beau et réussi tout cela. Une ambiance décrite avec précision, mine de rien ! Là, j'ai tout lu !

Monique MERABET 10/08/2012 18:35



Tout lu? C'est vraiment la consécration! Mais blague mise à part, c'est vraiment encourageant de lire tes commentaires. merci Marcel, de tout coeur.



monika 09/08/2012 20:44


Ah ! Surprenant, ton haïbun ! J'aime ! Autant le récit que les réflexions que tu y glisses (sans que ça ne devienne trop lourd). J'aime aussi les haïkus. Et la photo de l'incroyable tronc d'arbre
- impressionnant. C'est étrangement cette photo qui m'a fait d'abord penser au Pérou (je ne sais pas vraiment pourquoi, peut-être à cause de la couleur, peut-être parce qu'il me faisait penser
aux sculptures des aztèques que j'ai vue - en photo - ?). Intéressant que tu arrives ainsi, de fil en aiguille, à parler d'un voyage au Pérou que tu as fait il y a si longtemps.

Monique MERABET 10/08/2012 18:33



Merci Monika.


Le tronc est vraiment exceptionnel mais, il ne m'a pas du tout mis sur le chemin du Pérou...