Confusion des sens

Publié le par Monique MERABET

 

 

Monique-664.jpg

 

CONFUSION DES SENS

 

 

 

Lors d’un atelier, j’ai demandé à des élèves de Sixième de citer les cinq sens. Si voir et entendre sont cités spontanément, les autres sens paraissent moins évidents. Pour l’odorat et le goût, il a fallu faire trouver en citant une rose ou le repas de midi. Le toucher, lui, est complètement occulté.

Voir et entendre donc… C’est aussi ce qui arrive largement en tête lorsque j’analyse mes haïkus. Mais, n’est-ce pas logique, après tout ?

Voir et entendre sont essentiels. Les autres perceptions arrivent automatiquement à la suite.

Par exemple, si j’évoque la vision d’un oiseau, je suis forcée d’ajouter qu’il chante ou qu’il est muet, ce qui ne va pas de soi. De même que parler du chant d’un oiseau ne donne pas à le voir. De quelle espèce est-il ?

Par contre, si je parle d’un coquelicot, j’ai sa couleur mais aussi le toucher lisse de ses pétales et la saveur des bonbons aux coquelicots. De même, le mot « rose » entraîne invariablement un parfum…

 

Froissement râpeux

feuille de corbeille d’or

au parfum d’antan

 

(Monique MERABET)

Publié dans Echanges entre blogs

Commenter cet article

Monika 01/06/2012 15:39


L'utilisation des cinq sens est un atout quand on veut écrire des haïkus qui ont la qualité de "concrétitude" et qui évitent le piège de l'abstraction et des généralités. Ta mention du coquelicot
dans ton billet d'aujourd'hui m'a rappellé un haïku merveilleux de Ilse Jacobson 


 





in meine Hand gelegt mohnrot der Wind


 dans ma main posé rouge coquelicot  le vent 


 


 



Monique MERABET 03/06/2012 08:34



Merci pour ce coquelicot, Monika. Il faudra que je fasse une petite collection de haïkus sur les coquelicots. Le rouge de ces fleurs est vraiment exceptionnel, un peu comme celui du flamboyant.
Mais le coquelicot a en plus pour moi le charme de l'exotisme.



m.o.p. 01/06/2012 09:37


Approche intéressante.

Monique MERABET 03/06/2012 08:31



Merci pour ton appréciation.