Dimanche, on tourne... les pages (4)

Publié le par Monique MERABET

Le-rayon-du-bas.JPG

 

LE RAYON DU BAS

(Catherine Leguay-Tolleron, Françoise Danel, Dominique Langlet, isabel Asùnsolo)

 

Publié aux Éditions L’iroli (www.editions-liroli.net)  en Janvier 2013

 

Joli roman qui nous arrive là pour nous porter chance en ce début d’année 13 ! Porter chance et espoir ...

« Merci aux lecteurs, aux bibliothécaires, aux libraires qui résistent »  dit la dédicace du livre.

Quatre amies ont uni leurs plumes, leurs voix de papier qui résisteront au temps. Pour un vrai livre, tout en feuilles légères qu’on a plaisir à tourner, une page après l’autre, afin de découvrir ce qui se cache derrière les petites fourmis noires de la page suivante. Tourner, tourner… et se laisser enchanter.

Bonheur de lecture, donc, à suivre ces destins croisés (entrecroisés) des quatre personnages qui gravitent autour du pivot central que constitue la médiathèque. Une écriture fluide, une construction pleine d’invention qui ne laisse aucune place à la monotonie, nous emportent sur le long fleuve (pas forcément tranquille) de l’existence dans ce quartier d’une ville au pseudo transparent : Belvais. C’est qu’elle n’est pas occultée, cette ville : elle vit, elle vibre au rythme des saisons, avec tous ses soucis de cité du XX1e siècle menacée par le béton… en écho aux menaces qui pèsent sur le monde des lecteurs, des bibliothécaires, des libraires [des petits éditeurs aussi] qui résistent.

Le rayon du bas est d’ailleurs complètement immergé dans cet univers de livres où l’on retrouve Viviane la boulilivre, Claudine, la bibliophage, Bertrand le conteur devenu vampilivre et Patrick le lecteur inachevé. Que je n’oublie pas bien sûr, la Dame Mauve qui apparaît et disparaît mystérieusement près de ce rayon du bas un peu magique. Chère Dame Mauve qui mêle ses chaussettes à sécher (sèches, archi-sèche ?) aux auteurs classés X, Y, Z… Peut-être reviendra-t-elle hanter la médiathèque rénovée ? Peut-être continuera-t-elle à transmettre sa présence bénéfique. « de temps en temps, elle conseillait un livre à un lecteur égaré ».

Rayon du bas, des dernières lettres de l’alphabet, ce qui permet d’évoquer ces auteurs peut-être quelque peu délaissés. Qui se soucie de se pencher, de s’accroupir au niveau de cette étagère trop près du sol ? Zimmerman, Willy (l’usurpateur de Colette), Zafon (Ah ! l’ombre du vent !) font leur apparition, soudain révélés par un rayon de soleil qui se glisse là, juste là…

Et puis les haïkus de Ryu Yotsuya (et Niji Fuyuno) sortis du bleu profond du recueil « Les herbes m’appellent) ! Ils servent de ponctuation à ce roman haïbun : au fil des pages s’écoulent les fragments (haikai ?) d’existence pour former une continuité d’instants avec les tercets en marque-saison. Belle façon d’ancrer les péripéties de ce roman dans le temps.

Roman expérimental, mentionne la page titre. Référence à Zola ? Z… Tiens encore un à ranger au rayon du bas…

En tout cas, si l’expérience consiste à marier ingénieusement et harmonieusement quatre chemins d’écriture, elle est réussie. Les chemins que suivent Catherine, Françoise, Dominique, isabel, se fondent pour tisser la trame de ces histoires douces-amères comme celles de notre quotidien, de ces destins qui changent parfois de direction, qui s’enrichissent de rencontres, de séparations aussi… Comme la vie qui va, la vie qui bat.

Suprême élégance : les quatre auteures viennent saluer à la fin du roman. Chapeau !

La fin ? Le mot Fin ne figure pas au bas de la dernière page. C’est pour laisser au lecteur le loisir de participer, de prolonger l’histoire, de l’imaginer autre. Comme dans un haïku… Suprême élégance que d’inviter tout un chacun à « la joie d’écrire »    

 

(Monique MERABET, 20 Janvier 2013)

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Monika 23/01/2013 16:32


Intéressant.


Autant l'idée de l'écriture à plusieurs mains que cette attention portée aux livres du rayon du bas. J'ai envie d'y ajouter le nom d'une autre auteure à découvrir : Herbjorg Wassmo, Norvégienne,
dont La Trilogie de Tora et la trilogie du Livre de Dina m'ont enchantée.

Monique MERABET 23/01/2013 17:42



Merci pour le retour, Monika. Herbjorg Wassmo j'ai noté!