En temps inutile

Publié le par Monique MERABET

Monique-1047.jpg

 

 

EN TEMPS INUTILE

 

 

 

Au clocher Saint-Jacques

sonne la demie

- la demie de quoi ?

 

« Ce matin, les poubelles sont passées à 5h30 » me dit-il au réveil. Chaque mercredi, il tient un pointage minutieux des horaires de la collecte des déchets ménagers.

5h30, c’est un compte rond, une estimation plausible. Mais parfois il m’énonce 5h17 ou 4h34… Comment peut-il être aussi précis, lui qui n’y voit guère surtout la nuit, à la lueur d’une veilleuse ?

Vous allez me répondre : « Enfantin ! il n’a qu’à lire l’affichage numérique, du réveille-matin, par exemple. Vous avez bien un réveille-matin, non ? »

Vous auriez tort. Dieu me préserve des affichages numériques, ces petits vers rougeoyants qui transforment une nuit blanche en cauchemar…  Je hais l’affichage numérique. Dernièrement, on m’a envoyé une espèce de calendrier thermo temporel où des radioréveils grimaçants   me cernaient de leurs chiffres clignotants : l’heure et la température à tout moment et en tout point du globe. Épouvantable sensation d’être engluée dans la toile d’araignée du temps sans même pouvoir rêver d’un endroit pour lui échapper ! Quant aux températures, à mon avis moins on en sait, mieux on se porte.

La plupart des pendules de la maison sont à aiguilles, la grande, la petite et la trotteuse qui ne sert à rien, tournant banalement dans le sens trigonométrique indirect et qui pourraient marquer correctement les heures si… elles n’étaient toutes en décalage par rapport au temps officiel des jours et des nuits.

Celle du salon avance d’une bonne demi-heure : 32 minutes ? 36 minutes ?... il faudra que je lui demande.

En avance, oui, elles sont toutes en avance, même les montres. Est-ce par peur d’être en retard ? Mais à quoi cela sert-il maintenant qu’elles ne marquent plus que mon temps inutile de retraitée ?

Comble du paradoxe ? Ou juste le plaisir de se dire : « Ô temps, tu peux courir ! Moin la pa la èk sa…

 

Matin de retraitée

parier sur l’éclosion

d’un bouton de rose

 

(Monique MERABET, 1er Février 2012)

 

Publié dans Haïbuns

Commenter cet article

Monika 03/02/2012 18:01


Il s'agit du cardinal rouge qui vit ici à l'année longue. Ses couleurs sont tellement spectaculaires qu'il fait penser aux oiseaux exotiques ! Et son appel (ouit ouit ouit...) avec
lequel il essaie d'attirer sa belle est très caractéristique. 


Ton haïku du battement d'ailes me plaît aussi ! Ça me donne envie de faire une anthologie sur le thème des oiseaux...

monika 03/02/2012 15:22


Très beau, Monique ! J'aime beaucoup : tant la partie prose que les deux haïkus. Quand tu parles de l'avance et du retard, ça m'a rappelé un moment, il y a quelques années :


 


je suis en retard


ouit ouit ouit ouit ouit ouit ouit


crie le cardinal

Monique MERABET 03/02/2012 17:56



Ah! Ton haïku sur le cardinal (est-ce le même que le cardinal réunionnais) me plaît bien . Dans "Trois grains de riz j'avais glissé celui-ci:


battement d'ailes


j'ai eu tort de chanter


avec l'oiseau