Flânerie...

Publié le par Monique MERABET

 

 

tab6.JPG

 

FLÂNERIE SUR QUELQUES VERS

 

 

 

Avec de simples mots, dire la transparence

Lumineuse de l’air, comme un peintre inspiré

Dessine une musique, arpégeant à son gré

Pour offrir au réel plus légère apparence.

 

Goûter aux bleus de l’eau, boire avec déférence

L’aiguail frais d’une aurore au fronton chamarré,

Se fondre avec amour dans un hymne sacré

Mais à l’âme des fleurs, donner la préférence.

 

Jouer à cache-cache avec l’ombre d’un mot :

Qu’il flotte entre deux sens, ambigu potamot

Et rejoigne à la rime une mythique grève !

 

Écrire une ode au vent, la clore d’un baiser

Afin que chacun cueille une étoile à son rêve…

Un poème est une île où il fait bon muser.

 

(Flamme d’or au Concours Flammes vives 2006)

Publié dans Poésie de l'instant

Commenter cet article

Mariposa 20/06/2012 12:43


Que c'est beau, que ça coule, que c'est doux, que ça donne envie de partir, de rester, de respirer, de profiter, d'exister ! Oui ce "poème est une île où il fait bon muser" !!!

Monique MERABET 20/06/2012 18:42



Merci pour cette appréciation.



m.o.p. 16/06/2012 22:31


Un sonnet, j'avoue que ce n'est pas ma tasse de thé, maiss chapeau à l'auteure.

Monique MERABET 17/06/2012 20:04



Merci de m'avoir lue quand même, Marcel. Je comprends bien ta réaction. Trop souvent (et je parle aussi pour moi) les sonnets et la poésie classique en général sont un peu artificiels puisque
l'essentiel du "travail" du poète consiste à choisir de belles rimes, à respecter une métrique très rigoureuse, etc.


Tout le monde n'est pas Baudelaire!


Cela dit, je ne re,oe pas ce que j'ai écrit. Un sonnet reste une belle occasion de jouer avec les mots, avec leur sens. Bien entendu, aujourd'hui, je me sens plus proche du haïku.