Graines, gousses, épis, etc. (6)

Publié le par Monique MERABET

kaskavel1.JPG

 

 

Un p’tit grain de poésie, deux p’tits grains de fantaisie, trois p’tits grains de folie…d’utopie. (Première partie)

(Camille PAYET)

Jordü la shalër i tape, i shabouk. Dans ma kaz an tol, lèr lé si tèlman lour, klü na pü la fors sirkulé. Na kom in lésharp an plon i pèz sü mé zépol, i kraz amoin. Dëor, band fëye i bouj in grin, inn ti briz léjé i souf poudvré. Mi sar dan la kour alonj sou mon pié dmang, alonb pou trouv in pë le fré. Mon zië i tonb sü inn ti grin rouj. Lü éklate dan lzèrb bien vèr kom in mal rouj dann vèrdür pié fatak. Sé in grin kaskavèl. Mi arkoné alü par sa koulër noir jüs dësü sa tète kom in bouké shëvë. Mi trap alü, mi tourntourn alü  rant mé doi. Mi rod in défo anndanla : napoin. Sé inn ti bijou ! Fantézi ! Bien kom i fo. Bien joli koz pa. Parfé. Mi konpran poukoué joli mamzèl dann tan lotan, téi fé zot bèl avèk kolié é braslé fé dann ti grin la. Dir kdéfoi mi rod le bonër ousa lü lé pa. Bien sür, mi trouv pa… Kour pa plu loin, lë bonër lé dann ti grin la. Si mi kalkül bien moin osi mi vien dinn ti grin mon papa èk inn ti grin mon monmon. Lé dë la kol ansanb dan inn ti landroi an nik, inn ti ni bien sho pou jèrmé, pousé, grandir. Kan mi ziëte ti grin la, lü mèt la joi dan mon kër. Lü shass mon traka, lü done amoin léspérans. Kom si la vi té koul an pé, trankil, san ralépousé, san bataye, tou sinpleman o ritme band sézon.

Sous ton écorce de rouge et de noir vernissée,

On découvre, seulement si on prend le temps de chercher,

La vie déjà toute structurée, prête à s’épanouir,

A engendrer mille et mille descendants, pour la postérité,

Du moment que certaines conditions sont respectées.

Aujourd’hui tu es comblé, il fait très chaud.

Le sol sous le manguier est un humus-utérus approprié.

Il ne te manque qu’un peu d’eau,

Le ciel, bientôt va s’en charger.

Un grain de pluie ne tardera pas à tomber.

Tu pourras comme par magie, suivant ton ADN,

Gonfler, éclater, croître et multiplier.

La liane qui t’a enfanté, ne prend pas beaucoup de place.

Je la vois. Elle est juste à côté du manguier.

Pour trouver la lumière, jusqu’à la canopée, elle s’est hissée.

Un tout petit peu de terre lui suffit pour pousser.

Elle n’est pas vorace, égoïste. Elle sait partager.

Les autres plantes à côté ont de quoi manger.

Elle côtoie le cacaoyer aux cabosses rouges,

Le maho aux fleurs en bouquets roses,

Le poincétia, arbre de Noël, aux fleurs écarlates,

L’acacia sauvage aux fleurs et grains jaunes,

Le carambolier aux grappes de fruits dorés,

 Et bien d’autres encore, qu’il serait trop long à citer.

Bref, elle vit dans un entourage cosmopolite, différent,

Etranger, même s’il n’est pas étrange.

Elle s’y trouve bien et semble prospérer.

Elle est ni xénophobe, ni raciste,

On la sent solidaire avec ses voisines, spontanée.

Je me demande lequel de nous deux a plus d’humanité !

Comme j’envie sa sagesse et son humilité innées !

Bon pë de moune i kass zot tèt pou konèt kisa la vnü an premié, la poul ou le zëf. Pëtèt mi pë moin osi poz la minm késtion pou mon pié kaskavèl ? Kisa lariv la kaz avan ? La liane, sinonsa le grin ? Na poin pou magine lontan pou trouv la répons. Sé moin minm la fane nana in pë  dtan dsa le grin dérièr mon pié dmang. Lé vré. Kan mi marsh dann boi, dann labitasion, tousala, mi vien pabou rézisté : i fo mi mèt inn poigné le grin mi trouv dan ma posh. Mi fé pa koléksion èk sa, mi fabrik pa in kolié an fouiyan inn ti trou dëdan avèk in zégüiye pou anfilé. Non. Zot divèrsité, zot koulër, zot boté i aral amoin, i fasine amoin. Kan mi dëvine, lénèrji la vi i grouiye an silans anndan la, mi fane inn dë dan la kour ou mi sème troi kat dann in po pou oir kosa sa i sar doné. Kan le grin la i jèrme, i pèrs la tèr, i dépli sonn ti kër é sé tites fëiye vèr tand. Mistèr la vi, püisans majik la nature. Moin lé kontan. Le roi la pa mon kouzin, na poin plü joli kado. Mi kri marmaiye, ma fam pou oir sa, pou partaj se pti moman èk moin. Sé inn nésans poudbon, kom inn ti zanimo, inn ti zanfan i vien viv èk nou. I fé pans amoin kmoi d’Out dérnié, moin la plante in grin grënadine jone. Piéla la shargé, baiya, an galé ! Grënadine koulër lor, dou kom de mièl, par santaine i pandiye sü pié kassi koté monn ti boukan. Laddan napoin langré, na poin linséktisid, produi shimik. Lé bio, kom i di. Oté, la nou la manjé! La nou la fé plézir anou. E nü manj ankor, pié la i arète pa ddoné. Moin la fé goute inn dë dalon. Mi ramass pa mantër,  zot la di amoin : ‘’sa lé doss, sa lé dou minm. Sa i vo le kou dplanté’’. Moin la promi fé pous inn ti pié pou shakinn…

Pié grënadine, mérsi pou ta générozité, ta bonté gratuite, dézintérésé. Lé dur pou rand atoué la parèiye. Rëmark, mon kër lé klèr. Moin la bien soign atoué. Moin la mèt autour ton pié in bon ti fümié fé avèk fëiye é la po légüm dann mon bak konpost. Moin la pa obli aroz  atoué kan la séshrès na dë troi moi dsa la tapé. Moin la pa mèt la poison sü ton bann fëiye. Mi pë dor trankil sü mon dë zorèiye.

 

... à suivre.

 

Publié dans GRAINES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article