Graines, gousses, épis, etc. (7)

Publié le par Monique MERABET

lastron.JPG

 

 

Un p’tit grain de poésie, deux p’tits grains de fantaisie, trois p’tits grains de folie…d’utopie. (deuxième partie)

(Camille PAYET)

 

Kan ou voi la Réünion kashiéte komela dann toute sorte kalité vérdür, lé malizé majine nana milion é milion dzané dsa, not lil lété sèk kom in graton, tou nü kom in dézèr san rien dsü. Rienk galé volkan Piton dnèj, Piton la fournèz, la aral an lèr depui fin fon loséan indien. Mé la tèr lé kom in léman. Lü atir toute kalité le grin. Le grin lé fé pou trouv in koin pou pousé, la tèr lé la pou nourir alü. La tèr, le grin, lé lié, asosié, solidèr, koman dir sa... lé fé pou mélanj ansanm. Zot lé fé inn pou lote, oila…

Je te vois petite ou grosse graine, ailée ou enveloppée dans ton duvet cotonneux,

Prendre ton envol, emportée par le vent dans l’espace, au-dessus de l’océan,

Voyager jusqu’à La Réunion et, tel un parachute inespéré, atterrir sur notre île

Pour la féconder, vos destins étroitement liés.

Je te vois flotter sur ce même océan, telle une minuscule barque dans les courants,

Nicher dans quelque anfractuosité accueillante.

Je te vois prisonnière, comme une poussière

Dans les plumes des oiseaux

Cachée, accrochée aux poils des animaux.

Je te vois dans les tourbillons des cyclones, des tempêtes,

Débarquer sur notre île pour y trouver couchette,

Et de cette terre vierge assurer la conquête.

Je te vois dans la fiente des animaux en quête de repos réparateur

Te poser en même temps que tes  transporteurs

Sur notre sol au départ inhospitalier mais combien prometteur !

Comme un Robinson, tu t’es installée.

 A bien des difficultés, tu as sans doute résisté.

La force de la vie, ton opiniâtreté, ont fini par gagner.

Le temps a fait le reste. D’humus, le sol s’est chargé.

La chaleur tropicale, la pluie généreuse,

T’ont permis d’éclater, de germer, de croître, de t’épanouir,

Pour engendrer la relève, tes héritiers futurs,

Descendants, portant aujourd’hui encore tes gênes du premier jour.

Des millions et des millions de confrères, de consoeurs ont fait de même,

Etaient du même ou plus tardif voyage,

Pour, ère après ère, millénaire après millénaire,

Siècle après siècle, année après année, jour après jour,

Produire, ô miracle de la nature, ce jardin d’Eden, cet oasis de vie,

Véritable poche de biodiversité,

Paradis terrestre perdu dans l’immensité.

Vous avez pris votre temps, vous n’étiez pas pressés,

Pour ciseler ce merveilleux bijou, dans cet incomparable écrin.

Dot grin la débarqué, dot zanimo, dot zoizo, se pti paradis la vnü skoité. Rivièr, kaskad la koulé. Poisson, depuis la mèr jüska la rivièr, la monté. Tortü sü la plaj la ponn in bon pë. Sédui par ta boté, ta trankilité, toute la bann la voulü résté, la pü voulü déménajé. Un paradi révé, kisa i vë kité ? Rant zot, zot la débrouiyé. Inn min la lav lote. La solidarité, la générozité, le partaj dézintérésé, an shène la grandi pou pü arété. Zot la sitan asosié ke l’inn la trouve bon sak lote la rejëté dmové. Zanimo an réspiran la rejète gaz karbonik toxik, sa minm band fëiye i avale pou pousé é an plüs, èk la lümièr, dégajé loxijène pou zot réspiré. Zanimo zot koté la largue zot fiante. Avèk le tan sa la done in bon fümié. La dan bann plante i trouv zot manjé pou grandir an bone santé ; lanvironeman, le milië , le biotop lété né, kréé a toujamé. Le relièf, le klima, lé sézon, ansanb zot la forjé.

E lome la débarké. Inn poigné, pou komansé. Bann frui, bann gibié navé an kantité. De koi satisfèr zot gourmandiz, zot palé. La foré té rish, piédboi i manké pa. Le boi zot la koupé pou fé le ma, pou fé labri pou la nui, kont le van, la plui, la fré, pou porte sü bato pou anbarké. Déja in bon par ton kër, zot la sakrifié. Rëzman zot la pa résté. La vi la kontinué dévlopé.

Natür nü koné ta fors, ta volonté pou akroshé, pou pa largué, pou résisté. E plüzanplü dmoune la rivé. I falé zésklav, zangajé  pou travaiyé, pou planté, rékolté la kane, le kafé. Bon pë dgrin la voiyajé, la débarké. Shak nasion lamène son siènn : L’Afrik, Madagaskar, Lind, La Shine, Lamérik, l’Erop. Grin de ri, grin dblé, grin dmay, pou gingn la nouritür pou tou lé jour manjé. Grin dflër pou fé briyé le zië. Pou fé plézir le né é le palé, grin dfrui : létshi, longani, mang, papaiye,an pagaiye ! La boush la bien arangé. Tousa lété pa trafiké, anpoisoné. Réunion, tu mérite le non ke toué la gagné. Réunion de tou lé grin, de toute lé plante du monde. Réunion de toute lé rass du monde, ke la fini par mélanjé, métisé pou un bon pë. Natür, ton ékzanp la monte anou viv ansanb, minm si toute lé pa toujour roz, pa toujour fasil, minm si na inn dë ralépousé !

Jordü ankor, plüs de moune i viv sü toué. Pa loin 800 000 mi kroi, i foule ton sol. Préd 5 miliar i viv dan le monde. Sélak tangaj i komans pété, ke toute i komans shaviré.

 

... à suivre.

 

 

Publié dans GRAINES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
<br /> <br /> Merveilleux!<br /> <br /> <br /> J'aime vraiment ce texte.<br /> <br /> <br /> Mais la partie créole réunionais me bloque un peu.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je suis entièrement d'accord avec toi, Jean Frantz. C'est un merveilleux texte. Quant à la partie créole, elle est si "gouleyante", qu'elle mériterait une traduction au Français pour que tout le<br /> monde puisse l'apprécier comme il convient. On trouvera du temps pour le faire. Il y a des choses essentielles à ne pas rater.<br /> <br /> <br /> <br />