Innocence (6)

Publié le par Monique MERABET

 

agneau.JPG

 

 

 

Le loup et l’agneau (en mauricien)

 

Lou loup ek piti mouton

 

Présenté et interprété par Marie-Andrée FONTAINE (dans le rôle de « piti mouton » ) et par Christian FONTAINE (dans le rôle de « Loulou »)

 

Bè, bè, bè,

Ene zour bor la rivière

Ene ptit mouton tou sèl ti apé boir ène bon di lo bien frais

Fo bien li ène gran la  soif pou li faire ça :

Na pa labitide piti mouton quitte son  mama tout sèl.

De loin maman li apé crié : bè, bè, bè

Piti là tendait : li boire pli vite qui li capav.

Le temps li tiqui pou fini,

Li tend’ éne gros la voix dimoun en colère,

Li lève la tête, qui li trouvé ?

Ene espèce qualité gros li chien qui apé yam li ek ène mauvais vilain li zié,

Son la guèle grand ouvert, garni ek gros gros li dents pointe comma lé dent roquin

Son la langue coulèr di fé, sorti déhors comma la langue li chien qui gaingn soif

Mais na pas li chien ça : lou loup,

Encore ène loulou ventre plate

Plis li mangé, plis li faim.

Loulou guète piti mouton, li dire :

« Ah ça capav dire toué na d’toupet !

To permet toi vine Sali mon dilo

To pou gaingn to pinition ti fano ! »

Piti mouton fine saisi !

Ek son zoli ti figuir, li guète loulou

Ek son la voix bien tendre, un pé tremblé, pas vrai

Li répond loulou :

« Exquise moi di a ou ça grand missié,

Moi pas capav Sali ou  di lo,

Ou ek moi apé boir éne bon distance :

Moi en bas ou là haut

Di lo descend, zamais li remonté. »

Loulou fine pli enragé.

« To répliqué ti fano, to fronté,

To faire to linstinct en moi,

Comma dire, éne grand dimoun na pas connaît qui li causé !

Ka mo dire : to Sali mo di lo, to Sali li, ti félone !

Mais ça na pas tout, et na éne lotre chose lor toi,

Mo tendre dire to causé éne mauvais causé pou moi l’année passée. »

« Mo dimande ou pardon, mon maître, Ca qui fine di a ou ça fin cause menti

L’année passée mo na pas ti encore né, mo encore tète di lait maman ! »

« si na pas toi, alors ton frère ! »

Moin na pas ène frère, moin sèl piti maman éna ! »

« Ab ben  to papa, to maman

Jauge dans to famille, to descendant, parce que mo bien connait

Mo’n gaign renseignement, qui zot tout : mouton, gardien, li chien,

Zot passe zot lé temps aquize moi ene paquet méchancetés,

Zordi mo tire mo révanche :

Tant pis pou toi, to paye po zot tout.

Si to na pas conne la loi, ah ben écoutez :

Innocents payent pou les coupables.

Loulou saute lor piti mouton, trangle lé li

Souque li par son peau li cou,

Charrier li dans bois, manz li.

Di moun qui  pli fort, li bisoin tout  le temps gaingn raison ?

 

Publié dans INNOCENCE

Commenter cet article

Payet Huguette 14/12/2011 12:21


Un moment de grâce pour nous tous, que celui de cette fable de Jean de La Fontaine en créole mauricien, que Marie-Andrée et Christian Fontaine nous ont mimée au cours de notre
Pat'Pantin sur l'Innocence.Un masque de loup en plastique bleu et une petite peluche d'agneau ont suffi pour nous attendrir. Sans compter l'accent mauricien des deux acteurs,
sous-jacent à la grosse voix du loup et à la tendresse de celle de l'agnelet. Jean-Frantz, pourtant si éloigné de nous par la distance, a senti lui aussi passer l'émotion que nous avons
tous ressentie... Un vrai morceau d'innocence que cette fable! Huguette.  

Philippe, Jean Frantz 29/11/2011 05:02


Mwen sot li tèks "Le loup et l'agneau (en mauricien) an. Mwen pa fin konprann tout kreyòl men sa mwen konprann lan anpil. Mwen ka di se yon bon travay. Mwen felisite Marie-Andrée ak Cristian pou
bon travay sa, e ou menm tou pou pataj la. Kenbe rèd pa moli.


Jean Frantz PHILIPPE

Philippe, Jean Frantz 29/11/2011 05:02


Mwen sot li tèks "Le loup et l'agneau (en mauricien) an. Mwen pa fin konprann tout kreyòl men sa mwen konprann lan anpil. Mwen ka di se yon bon travay. Mwen felisite Marie-Andrée ak Cristian pou
bon travay sa, e ou menm tou pou pataj la. Kenbe rèd pa moli.


Jean Frantz PHILIPPE

Monique MERABET 29/11/2011 06:54



granmérsi pou lo pti kouplé an kréol lo moun Haïti.


Trois créoles... Mauriciens et réunionnais sont proches, proximité géographique (et historique) oblige! Mais je suis sûre que si tu avais entendu Marie-Andrée et Christian, tu aurais tout compris
de la saveur de ce créole.