L'ané volkan la pa vnï abou koulé (3)

Publié le par Monique MERABET


ciel3.JPG



III

Janvié l’arivé

Konpèr Volkan la rouv son zië

 

 

 

Lo papang lété doboute sï son patporte èk toute son famiy an plïme dimansh bien pingné, bien lisé sanmm in gomaj la briyantine.

Sétaki la anvoye son ti jantiyès pou fé la bonané :

- Mi souète a toué  bone é ërëz ané mounoir !

- Moin parèy, èk inn bone santé ma fiy !

- Nï éspèr lané ki vien i sora doss pou nout toute !

… é toute inn taratass kozman lo minm akabi.

Apré, Piouk ! Piouk ! shakinn la tann son jou pou anbrasé.

 

Lo famiy Papang lavé amène, fishé sou zot zèl, in fon lanizèt zot lavé souké sï lo bïfé Marie-de-Naise lété antrinn bate in paté kréol.

Pou rann la politès, Volkan la sèrve son bann zinvité in bèl bértèl latanié, bien garni sanm zandète, kolimason, kankrola, vérblan, moush-a-mièl… In takon ti dousër té i trouv pa sou lo kate pate inn bourik. Tousa té bien griyé sou la sann. Té i krome ankor sou la dan, vouzot !

Aprésa, bann zoizo navé léspri té i joué karousèl rapor la likër zot lavé poin labitïde boir. Zot la mèt a piakpiaké toute ansanm : sa la fé in dézorde lanfér ! Ou noré pï kroir ou lété Konsèy Jénéral, Konsèy Réjional kan bann zélï i vë fé lélèksion in prézidan.

Toute an minm tan, zot té i prétan rakonte Volkan lo portré bann péizaj dann zalantour.

- Dan Lé-O, lé vér, lé fré, lé an boté. Toute kalité zoizo i shante, i danse dann sièl. Pétal lo flër sèt koulër lé an zizite dann partèr la kour domoune, dann zérb la foré, dann bor kanivo. Kapïsine èk galabèr i fé la ronn dann shomin d-kane. Na poin arien ke lé plï joli ke sa, mi di aou !

- É dann Ba ? .

- A ! Dann Ba, la pa parèy dïtou. Anba, solèy i pouak, i fé fonn koltar dann milië shomin. Si in lestrévagué nana lo malër sorte dëor sanm in pèr savate dë doi, Baya ! lé sïrésértin lï sar kri son nénène. Lo karoutshou i tourn an kataplass shouingome tèlman la shalër i done. Sak zot na d-mië pou fé, sé d’arès zot kaz, asiz trankil pou anpar lonbraj sou in pié tamarin sinonsa sou in varang. Mé, a vré dir, nana dokoi anprofité osi ; ou i guingne manj toute sorte kalité lo frui out kër kontan : mang, létshi, jamalak, jak, pèsh, pèsh-abriko, … lo bransh i trène atèr sitèlman lé sharjé.

- Oté ! Zot i done amoin lanvi alé rann amoin konte mon tousël. Alé, kamarade ! Mi lès azot in bonn ti kar d’ër pou zot artourn zot kaz. Aprésa, mi larg dë-troi nïaj fïmé konm lavértisman é mi pik la pante ! A la vouèle ! Jordui mi sar vizite lé-O, domin mi sar vizite lé-Ba !

Alor na in vië papang, kolé toute déplïmé konm in volay kounï, la di èk inn ti voi tranblé :

- Mon zanfan ! Alé pa fé inn bétiz konm sat-la ! Nana malër i tonm sï ou si ou i sar bate karé lërkilé. Paplïtar k’iarsoir, moin la vï in paké nïaj noir an fonn marmite té i kour karté dann sièl konm fourmi grangalo. Anparmi, navé in léspès zië rokin an misouk. Èksa, inn briz karabiné, Mounoir ! Té i tourn konm roulèt pay kane. Moin la mank pérd mon kapline vétivér. Akoute bien kosa in gramoune na léspèrianse i di : talër, na in koudvan pou grène an shabouk sï nout do. Vodrémië ou i rès out kaz bien osho sous la kouvèrte. Antouka, moin, Granpapang, sé sak mi sar fé. Alounou Marmay ! I fo mi sar barikade nout porte, fé rante mon fanjan kapilèr èk mon ti ramïské koton.

Apré toute se bann kapor lavértisman lo papang la done alï, lo volkan té pa pou fé son kranër. Lï la préfèr atann dan son lanklo, san plï boujé k’in ra krëvé.


III

Janvier arriva

Compère Volcan ouvrit les yeux

 

 

 

Le papangue était debout sur le seuil, accompagné de toute sa famille endimanchée, aux plumes bien peignées, bien lisses comme si elles avaient été enduites de brillantine.

Et chacun y alla d’un gentil vœu de Bonne Année :

- Bonne et heureuse année !

- Á vous de même et bonne santé !

- Que l’année qui commence nous soit douce !

… Et toutes sortes de paroles du même genre…

Ensuite, Piouc ! Piouc ! chacun tendit la joue pour s’embrasser.

 

La famille Papangue avait apporté, bien calée sous une aile, une bouteille d’anisette subtilisée au buffet de Marie de Naise pendant qu’elle pétrissait un pâté créole.

Pour rendre la politesse, le volcan offrit un « bertel » en latanier rempli à ras-bord de « zandètes », d’escargots, de cancrelats, de hannetons, d’abeilles… Tout un lot de douceurs qui ne tombaient pas du ciel. Tout cela était bien grillé sous la cendre et craquait sous les dents.

Après leurs agapes, les oiseaux avaient la tête qui tournait un peu : ils n’avaient pas l’habitude de boire de la liqueur. Ils se mirent à « piapiater » tous en même temps. Cela faisait un boucan d’enfer. On se serait cru au Conseil Général ou au Conseil Régional quand il s’agit d’élire un Président.

Tous ensemble ils prétendaient décrire au volcan les paysages de l’île.

- Dans les Hauts, c’est vert, c’est frais, une vraie beauté ! Toutes les espèces d’oiseaux chantent et dansent dans le ciel. Des corolles aux couleurs de l’arc-en-ciel embellissent les parterres, les sous-bois, les talus. Capucines et « galabers » font la ronde dans les chemins au milieu des champs de canne. Il n’y a rien au monde de plus joli, je vous assure.

- Et, dans les Bas ?

- Ah ! Dans les Bas, c’est différent. En bas, le soleil est brûlant, il fait fondre le bitume. Si un écervelé a le malheur de sortir sur la route, chaussé de tongs, on ne tarde pas à l’entendre pousser des hurlements. Le caoutchouc de ses savates ramollit comme du chewing-gum tellement la température est élevée. Ce qu’il y a de mieux à faire, c’est de rester tranquillement chez soi, à l’ombre d’un arbre ou sous la varangue. Mais, à vrai dire, il y a des bons côtés aussi. On peut se régaler jusqu’à satiété de toutes sortes de fruits : mangues, letchis, jamalacs, jaques, pêches, pêches-abricots…  Les branches ploient jusqu’à terre tellement elles sont chargées.

- Oh ! Vous me donnez envie d’aller voir ça par moi-même. Allez, les amis ! Je vous laisse un bon quart d’heure pour regagner votre maison. Ensuite, je lâche deux ou trois bouffées de fumée en guise d’avertissement et je dégringole la pente. En avant ! Aujourd’hui, je visite les Hauts. Demain je visite les Bas !

Alors, une vieille papangue au cou déplumé, dit d’une voix chevrotante :

- Mon enfant, ne fais pas une bêtise pareille ! Si tu veux te balader en ce moment, tu trouveras bien du malheur sur ta route. Pas plus tard qu’hier soir, j’ai vu un amas de nuages noirs comme de l’encre qui se précipitaient dans le ciel. Au milieu, il y avait comme un œil de requin qui guette. Et, avec ça, un vent d’une rare violence, tout en tourbillons. J’ai failli perdre ma capeline en paille de vétiver. Écoute bien ce que dit une personne d’expérience : bientôt, un cyclone va s’abattre sur nous. Il vaut mieux rester au chaud sous sa couverture. En tout cas, moi, Granpapangue, c’est ce que je vais faire. Allons, les enfants ! je vais vite me barricader chez moi et mettre à l’abri mes « fanjans » de capillaire et mon petit caniche rat-musqué.

Après toutes ces mises en garde de poids, le volcan ne se montra pas téméraire. Il préféra attendre dans son enclos, sans plus bouger qu’un rat mort.

 

Publié dans Faux départ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article