L'orchidée pigeon

Publié le par Monique MERABET

Monique-1066.jpg

 

 

DENDROBIUM CRUMENATUM

 

 

 

L’orage au cœur de la nuit. Et ce matin, ponctuellement, fidèlement, l’orchidée ti- pijon se couvre de boutons en forme de …colombes, justement ; c’est de là qu’elle tient ce nom imagé dont l’a dotée la fantaisie créole.

 

Zorkidé ti pijon                                           orchidée pigeon

dendrobium crumenatun                              dendrobium crumenatum

lakèl ou i préfèr ?                                        que préférer ?

 

En tout cas, moi j’ai eu du mal à le trouver son nom latin. J’aurai encore plus de mal à le mémoriser. Je n’ai guère de connaissances botaniques et mon penchant prononcé pour le dilettantisme se contente bien des noms indigènes que les amoureux de jardins créoles se transmettent de génération en génération.

Je suis héritière de l’amour que les maîtresses de maison réunionnaises ont toujours manifesté pour les plantes. Je suis héritière d’une société rurale dans laquelle chaque famille avait sa « cour », son jardin et même si cela se réduisait à une plate-bande coincée entre le baro et le patporte, chacune était fière de ses plantations et rivalisait d’ingéniosité pour se procurer la bouture, les graines ou la marcotte de l’espèce rare qu’elle pourrait faire fleurir la première.

Les noms  des végétaux naissaient d’une ressemblance avec un animal (pattes de lézard, queue de mimite …), un objet usuel (jupon de femme, foulard…),  une référence religieuse (épine du Christ, cœur de Marie…)

J’ai souvent évoqué l’orchidée pigeon (je préfère quand même l’appeler ainsi), cette plante baromètre si sensible aux variations de température et de pression atmosphérique. Elle se couvre spontanément de fleurs s’il pleut, s’il vente, si un cyclone se manifeste dans notre zone géographique.

Á chaque fois, je suis émerveillée par l’apparition quasi miraculeuse des inflorescences, le temps d’une nuit.

 

Hier les tiges nues

aujourd’hui, les fleurs d’orchidée

entre les deux ?

 

J’ai beau y être habituée, cela m’émeut toujours et me revient aussi ce désir enfantin de voir (au sens littéral du mot) naître, grossir, s’épanouir un bouton floral ou un bourgeon… Et ma naïve déception de petite fille en constatant que tout se passe hors de ma perception.

Mais je quitte peut-être là le domaine du haïku qui n’est pas divagation mentale mais est ancré dans le monde sensible, celui que l’on peut voir, sentir, palper avec les cinq sens (isabel Asùnsolo dans Le haïku en herbe).

Pour me rassurer je me dis que l’exception confirme la règle et que le haïku relève aussi de la poésie.

 

Petite confidence : j’ai vu ce matin que l’orchidée-crabe va fleurir cette année. Peut-être pour mon anniversaire ? Ah ! Quel bonheur ! Mais… mais… il me faudra aussi aller dégotter son nom latin… Misère !.

 

(Monique MERABET, 12 Février 2012 )

 

Petit glossaire des mots créoles utilisés :

Baro : portail

Patporte : pas de porte

Mimite : chat

 

.

 

Publié dans Haïbuns

Commenter cet article

Claude Guillon-Labetoulle 14/02/2012 09:12


Ben lé vré ke tipijon lé plïs gayar! Les miens ont fleuri aussi pendant le week-end alors qu'ils avaient piteuse allure à mon retour. Merci pour le nom latin...la personne qui m'avait donné les
boutures n'avait pas su me le dire et moi...je me  suis trouvée infichue de le dénicher dans les bouquins qui trainent à la maison.


un petit pigeon


immaculé se balance


sur la branche

Monique MERABET 14/02/2012 17:58



Google ma fiy! Google na rirek sa pou ède anou. Mais même là j'ai eu du mal à dénicher son nom. Le plus drôle c'est que l'orchidée en question vient de Singapour et nous, on se bat pour lui
colller un nom latin...



Monika 13/02/2012 19:48


son balcon au lieu de un balcon ? Oui oui, tu as sans doute raison. Cette modification était involontaire !


 


Montréal, l'été


une orchidée prend l'air


sur son balcon


 


En plus, cette version a l'avantage d'un léger double-sens : on peut aussi comprendre que le balcon appartient à l'orchidée (bien fortunée, elle n'a pas seulement un salon mais même un balcon !)
;-)

Monika 13/02/2012 16:13


ha ! J'aime !


Je ne changerais pas grand chose, peut-être seulement, pour le rythme :


Montréal, l'été


une orchidée prend l'air 


sur un balcon


 


Merci de trouver des haïkus dans mes commentaires !

Monique MERABET 13/02/2012 17:55



ontente que cela te plaise et pour le rythme tu as raison. Par contre, en L3 je préfèrerai son (balcon) à la place de un (balcon). Pour moi ce haïku parle de
qulqu'un en particulier et ce n'est pas une orchidée anonyme chez une personne anonyme. Qu'en penses-tu?



monika 12/02/2012 22:09


Sans hésitation, je préfère le joli nom de l'orchidée pigeon ! Et aussi celui de l'orchidée crabe - pas besoin des noms latins (ils sont juste bons quand on veut acheter une plante précise, ou
encore s'assurer que ce qu'on a sous la main et veut se mettre sous la dent n'est pas toxique ! ).


Et ton haïbun d'aujourd'hui révèle que nous avons encore une passion en commun : le jardinage. Évidemment, je t'envie pour tes fleurs exotique... J'ai quelques orchidées ici - elles sont
étonnament faciles à cultiver - mais je dois les garder dans la maison. En été, je leur permets parfois de prendre de l'air sur le balcon...

Monique MERABET 13/02/2012 07:25



Jardinage et haïku... Ton orchidée m'a inspiré ce petit poème


L'été à Montréal


une orchidée prend l'air


sur son balcon


... peut certainement être amélioré. Bonne journée.