Le haïku en herbe

Publié le par Monique MERABET

 

 

Monique-1052.jpg

 

LE HAÏKU EN HERBE

 

 

Dans la ruelle

nuages non identifiés

passe un inconnu

 

Il y a des matins sans trop rien pour m’inspirer. Matin de canicule : je suis déshydratée après ces épuisantes suées de la nuit. Déshydratés aussi mes neurones qui n’arrivent pas à fixer la moindre idée positive.

Je guette en vain un signe du ciel propre à me faire sortir de ma léthargie. Je songe à la course à faire tout à l’heure sous le soleil brûlant de midi. Je soupire… cœur qui soupire n’a pas ce qu’il désire…

Á mes pieds la chienne gémit, réclamant caresse et attention. Un peu à contrecœur, je me lève pour lui ouvrir le petit portail du jardin. Au passage je ramasse machinalement quelques mangues mûres tombées dans la nuit.

 

Dans ma main la mangue

jaune de la couverture :

Le haïku en herbe

 

Merveilleux ouvrage que ce dernier livre  paru aux Éditions L’iroli :

Le haïku en herbe

 

Il est écrit par isabel Asùnsolo, « éditrice et auteur de haïkus. Elle anime aussi des ateliers d’écriture et des projets liés aux haïkus dans divers établissements scolaires. » (extrait de la quatrième de couverture.)

Le haïku en herbe  se présente comme un manuel destiné à ceux qui souhaitent faire écrire le haïku à l’école. Mais au-delà de son rôle de guide (une fonction qu’il remplit admirablement d’ailleurs), nous avons là un véritable livre de haïkus, un livre d’auteur, écrit à la première personne, chaleureux, généreux.

L’auteure nous dit ce qu’est le haïku ; elle le fait vivre pour nous au fil des pages. Elle dit aussi pourquoi elle aime le haïku et le bonheur qu’elle éprouve à écrire, lire, partager ce petit poème fantastique transparaît à chaque ligne.

« Je crois pour ma part à la joie expérimentée par la pratique du haïku » déclare isabel .

Quant à ses expériences d’ateliers, elle ne garde rien pour elle, elle nous transmet es enthousiasmes, ses découvertes, Elle déroule pour nous les étapes de la création d’un haïku, depuis l’ébauche issue de l’observation jusqu’aux trois lignes … j’allais écrire « finales » mais non, un haïku même publié n’est jamais figé ! « On dit que le haïku est un cercle. L’auteur dessine une moitié, le lecteur l’autre. »

Tout en nous apprenant une foule de choses sur le caractère si particulier de ce petit « poème dynamique d’aujourd’hui » , Le haïku en herbe évite l’écueil des articles de fond trop érudits et un brin ennuyeux.

Ici, tout est dit, avec légèreté et efficacité. Et comme « La base indispensable du haïku, sa source première est donc l’expérience du haïjin. », l’ouvrage d’isabel Asùnsolo fourmille d’exemples choisis avec pertinence : haïkus anciens ou modernes, d’auteurs connus ou moins connus et une belle brassée de haïkus issus d’ateliers. Ces derniers sont souvent étonnants de fraîcheur et constituent une belle incitation à la pratique du haïku à l’école.

J’ai apprécié aussi la structure même de l’ouvrage où alternent poèmes, commentaires, dessins ou photos, et ces petits conseils mis en encadré. Que je n’oublie pas non plus les facétieuses grenouilles de  Jessica Tremblay. Quant aux titres des chapitres qui fleurent bon le travail de la terre, ils soulignent bien l’ancrage dans la nature de ce « petit poème écologique »

 

Livre de haïkus

 la chienne passe et repasse

avec sa balle

 

Pauvre Doria ! On ne jouera pas ce matin, pas avant que j’aie terminé ma passionnante lecture.

 

Haïkus à voix haute

Elle les aime tous, la chienne

Sauf celui du chat*

 

*le haïku de Pablo… Oh Doria !

(Monique MERABET, 9 Février 2012 )

 

 

 

Publié dans LIRE

Commenter cet article

Philippe, Jean Frantz 10/02/2012 23:37


Félicitations pour ta façon si passionnée de présenter "Le Haïku en Herbe". J'ai une forte envie de dévorer ses pages grace à tes mots simples, clairs et si bien choisis. Encore félicitations.


Plein de bious à toi


Jean Frantz

Monique MERABET 11/02/2012 15:49



Bonjour Jean Frantz


Tu ne seras pas déçu par "Le haïku en herbe", je te le garantis... Je t'écris plus longuement dès que possible.



Monika 09/02/2012 20:21


Chanceuse ! Tu l'as déjà reçu, le livre ! Moi, je suis encore en attente ... mais je sens que ça s'en vient. 


Ta recension en forme de haïbun, et avec trois de tes propres haïkus en prime, est aussi agréable à lire que ce que tu dis de ce petit livre. Et on l'aime déjà, Doria - juste à la voir passer et
repasser avec la balle, déçue de ne pas trouver aujourd'hui sa maîtresse aussi enjouée que d'habitude, mais finalement une bonne auditoire pour les haïkus que tu lui lis à voix haute. (Qu'elle
n'aime pas celui du chat  ça se comprend, n'est-ce pas  ?

Monique MERABET 10/02/2012 17:45



Chanceuse? Oui, je le suis.... Quand tu auras en main ton exemplaire de "Le haïku en herbe" tu comprendras pourquoi.


Doria est très touchée que tu la comprennes.