Le jour de l'iris

Publié le par Monique MERABET

Photo-413.jpg

 

LE JOUR DE L’IRIS

 

 

 

Bleu iris

en arrière-plan

liseron

 

Ce bleu, j’ai dit… ce bleu inhabituel du ciel… Il doit se faire tard ? C’est le printemps ?

Mais à la réflexion, rien de tout cela : je me suis levée à la même heure que d’habitude ; et c’est la matinée la plus fraîche de la saison (15 degrés à Saint-Denis !) m’informe la radio, l’hiver n’est pas fini.

Bleu, c’est ma fête aujourd’hui ! Je m’appelle Iris, c’est mon nom secret, le prénom que j’ai choisi… Et les iris de ce matin pas encore ouverts malgré ce bleu trop bleu. Je les ai remarqués tout de suite en ouvrant mes volets depuis le balcon, bouquets de lumignons aux bractées soigneusement repliées. Je les ai vus et j’ai couru pour ne pas rater l’événement !

 

Clochetons d’iris

l’éblouissement tiendra-t-il

dans mon haïku ?

 

Je les ai contemplés, retenant mon souffle : prêts à s’ouvrir, pas encore ouverts, hésitants à s’épanouir à cause de la fraîcheur trop vive peut-être…

J’ai grondé la chienne, béotienne qui gambadait, n’ayant que ses traces de chat dans la tête.

 

Le chien trop près

souffle d’air qui fait se déployer

une fleur

 

Sous mes yeux éblouis, enfin, voir naître une corolle, percevoir le mouvement des pétales qui se tendent, qui s »ébrouent, qui s’étalent… participer en quelque sorte au mystère d’une éclosion : mon rêve secret, ma folie. Je suis comblée aujourd’hui.

 

L’iris déployé

jusqu’au cône fuchsia

d’une belle-de-nuit

 

L’ombre de l’oiseau est revenue se nicher dans l’angle de lumière projeté sur le mur. Et elle chante, cette ombre et soudain je la comprends.

 

Iris du matin

ou l’amaryllis

-tip, tip, tip, fait l’oiseau

 

Penser à photographier aussi l’amaryllis d’aujourd’hui, libérant chaque jour un peu plus de rose ; et aussi cette inflorescence de ma plante aquatique dont je ne suis pas sûre du nom.

Vivre l’émerveillement de ce jour comme l’Amen, l’Alléluia d’une fête immanente. Bleu de vie !

 

(Monique MERABET, 29 Août 2012)

Publié dans Haïbuns

Commenter cet article

Marie-andrée Fontaine 18/09/2012 04:44


la lune, les fleurs,sujets eminemment poétiques qui prennent sous ta plume une fraîcheur et une tendresse qui font du bien car les matins ne sont pas toujours clairs.


Celui ci en sera plus doux! merci.


18 septembre 2012

Monique MERABET 18/09/2012 09:26



Merci Marie-Andrée


Hé non! Les matins ne sont pas tous clairs et même les haïkus se font parfois un peu triste.


Mais "il nous faut regarder ce qu'il y a de beau, l'arc-en-ciel du matin... et l'iris de demain": petit pastiche de cette merveilleuse chanson de Brel



Mariposa 02/09/2012 17:10



Mariposa 02/09/2012 10:06


Merci Monique ! Cette lune bleue fut magnifique, même si elle m'a empêchée de dormir pendant deux nuits !

Monique MERABET 02/09/2012 15:12



lune bleue


un peu voilée


juste ce qu'il faut


... pour rêver



Mariposa 30/08/2012 16:58


Ils sont superbes tes iris et ce haïbun aussi. On ne peut que voir la vie en bleu après ça !!!

Monique MERABET 01/09/2012 11:49



La vie en bleu? Pour préparer la venue de la lune bleue... Je suis allée voir la page que tu y consacres. Merveilleux!



monika 29/08/2012 19:47


je comprends ton émerveillement devant le spectacle de l'épanouissement d'une fleur aussi belle que l'iris! Pour moi aussi, les iris versicolores et les iris barbus (germanicus) sont des
messagers du printemps, et chaque année, j'attends leur éclosion avec bonheur. Quand c'est enfin le moment, j'en suis aussi éblouie que toi - et que ton oiseau !

Monique MERABET 01/09/2012 11:47



éblouissement partagé donc... Merci Monika