Le renku des vacances (4)

Publié le par Monique MERABET

Photo 1446

 

lundi de juillet

le premier avion qui passe

m'arrache à mon rêve

 

ce moucheron sur ma main

est-ce lui? moi? qui écrit

Publié dans Poésie de l'instant

Commenter cet article

Monika 25/07/2013 20:41


Moi, la question qui s'est immédiatement imposée à moi quand j'ai lu te distique, c'est "Est-ce que c'est toujours le même moucheron ?" Si oui, il faut conclure qu'il est persévérant, si non, il
faut se demander comment tu fais pour avoir tant de succès auprès des moucherons. (En ce qui me concerne, je pogne* essentiellement chez les maringouins, et je les échangerais volontiers
pour des moucherons. Mais on ne choisit pas ses admirateurs, semble-t-il).


 


*pogner /pɔ.ɲe/ intransitif 1er
groupe (conjugaison)  (Québec)  (Familier)



Réussir, avoir du succès.


Ma musique pogne pas.


Notre site Internet pogne de plus en plus.




(Spécialement) Séduire, avoir du succès auprès des autres.


J’ai beau aller dans les bars, je pogne pas pantoute.


Ce gars-là pogne vraiment, toutes les filles sont à ses pieds.





 

Monique MERABET 28/07/2013 13:23



Oui, c'est le même moucheron, Monika mais c'est une deuxième version écrite quelques jours après l'événement... Holà! Me voilà prise en flagrant délit de trafic de datation! Qu'est-ce que je
risque? D'être mise au ban de la société des VRAIS HAÏJINS? Mais si j'en crois la difficulté qu'éprouve le monde haïkiste non japonisant, à définir ce qu'est un haïku, je peux me permettre
quelques entorses!



Marcel 25/07/2013 14:55


Après avoir lu et relu ton texte, je suis parti à la recherche de ta position par rapport au JE ou PAS JE dans le haïku. (Ploc). Dans ce que tu présentes aujourd'hui je trouve un véritable
dialogue entre l'autre ( quand tu écris "lui", ne penses-tu pas "Lui" ?) et toi-même. Je trouve aussi de l'émerveillement que tu souhaites immédiatement communiquer au lecteur. Cette position
sans réserve me semble positive, d'autant plus que personnellement je tente de moins me livrer dans mes "haïkus". Simple réflexe de ma part : j'aurais ajouté un "?" pour clôturer ton texte. Oui,
qui écrit ? est une question que des poètes célèbres ont posée.

Monique MERABET 25/07/2013 18:50



Oui, marcel, je ne me suis jamais cachée de préférer les haïkus ou tout autre type d'écrits, "habités" par leur auteur. Et de tes haïkus, j'ai certainement davantage remarqué ceux qui portaient
une émotion (celle que tu y a mise... peut-être inconsciemment). Je crois que ce qui fait l'intérêt d'une création poétique c'est la part de JE que l'auteur y insère.


Cela dit sans aucune prétention de ma part. Bien entendu, ce que j'y mets n'est pas forcément d'un grand intérêt et j'ai souvent du mal à exprimer clairement ce que j'ai ressenti de l'instant
partagé. Mais, quoi qu'il en soit, c'est ma façon d'écrire des haïkus... ou des haïbuns, ou des poèmes.


Merci à toi de leur accorder attention et considération.