Les 10 mots du 10 Mars (XVIII)

Publié le par Monique MERABET

Monique-521.jpg

 

 

 

 

À MES PARENTS...

(Joëlle BRETHES)

 

Je dors dans ce berceau que vous avez acheté dès que vous avez su que j'allais arriver chez vous, et dans lequel je ne fais encore aucun songe, mon âme toute fraîche encore occupée à déployer les ailes de ma conscience neuve.

J'ai perçu les transports de joie puis l'insidieuse inquiétude née de votre crainte de ne pas être à la hauteur. Alors je vais vous confier un secret. Écoutez-le bien, je ne le répéterai pas tant mon intéret immédiat et mon intérêt à long terme sont opposés.

Ne me couvrez pas de cadeaux pour que "je reste tranquille", ne me laissez pas faire ce que je veux pour "éviter les désaccords" générateurs d'affrontements pourtant parfois fructueux. Je n'ai besoin que de votre vigilante attention, de votre affectueuse écoute, de votre amour inconditionnel mais sans concessions ni démission.

Ni mon naturel, ni mes penchants, ni mon caractère ne sont pour le moment bons ou mauvais : ils sont en devenir. Ils vont se modeler, s'affirmer en fonction de l'environnement dans lequel vous me ferez grandir, des limites que vous aurez eu le courage de me fixer, du modèle que vous m'aurez donné...

J'ai aussi besoin de paix et de beauté :

Beauté des lieux où vous m'emmènerez, des histoires que vous me lirez ou me raconterez tandis que je serai blotti dans votre chaleur...

Paix de ce foyer où vous m'avez accueilli : essayez de ne pas vous disputer, vous déchirer comme beaucoup de grandes personnes. Vivez et faites-moi vivre autrement que ces masses uniquement occupées à gaver leur corps et leur coeur de besoins imaginaires et de plaisirs aussi futiles que fugaces...

En quelques mots, je vous en prie : aidez-moi à devenir vraiment un Homme de bien !

 

Publié dans Dix mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article