Les herbes sauvages

Publié le par Monique MERABET

marche.JPG

 

 

LES HERBES SAUVAGES

 

 

 

Je me suis levée trop tard. Je me suis levée trop tôt. Le bruit tonitruant de la débroussailleuse envahit la ruelle : opération désherbage de la ville de Saint-Denis.

 

Bruit de débroussailleuse

- trop tard

pour la rosée du matin

 

Les cailloux volent par-dessus la clôture. Nostalgie des cantonniers du temps longtemps qui usaient de la pioche et de la main…

J’aime bien désherber à la main. On a le loisir de découvrir tant de trésors insoupçonnés :

 

Résille d’argent

la minuscule araignée

non identifiée

 

Tas de feuilles sèches

les œufs blancs tout ronds

s’ils étaient de caméléon ?

 

Ah ! Notre pauvre l’endormi, soi-disant espèce protégée mais que je ne vois plus guère dans nos jardins trop bétonnés.

 

Parfois, j’hésite, de crainte de supprimer quelque merveille irremplaçable.

 

Lumière rasante

pour l’incarnat d’un trèfle

main en suspension

 

La chienne partage mon avis. Elle proteste à sa façon lorsqu’elle me voit, sécateur en bataille.

 

Me suis couchée dans l’herbe

pas de massacre

aujourd’hui

 

Tiens ! Cela me rappelle mon séjour provençal, dans notre grand jardin de Pierrerue

 

L’herbe d’Avril déjà haute

la faux hésite –

pâquerette

 

Bon ! Il faut bien les arracher quand même ces herbes envahissantes qui risquent d’étouffer la précieuse orchidée ou le petit figuier qui a du mal à reprendre. Arracher oui ! Mais à la main… pour profiter de l’odeur de chaque végétal qui imprègnera les doigts, riche de souvenirs.

 

Herbes arrachées -

sur mes mains tous les parfums

de mon enfance

 

Encore faut-il avoir le bon goût de s’entourer des plantes qui ont un sens.

 

Retour de marché-

jamrosats et prunelles

 au goût de vavangage

 

 

Souvent, je fais l’acquisition de ces solides plantes – si elles sont endémiques, c’est le pied ! -  venues des Hauts, de ces jardins perdus dans ma souvenance. Elles sont parfois mises en terre dans des bidons métalliques, des boîtes de conserves, comme autrefois où l’on savait recycler judicieusement les emballages. Le problème des déchets est apparu plus tard, avec la suprématie des plastiques.

Mon objectif secret en achetant ces espèces, c’est qu’elles portent en germe quelques herbes oubliées qui ont fait le charme de mes vacances : bringellier, guérit-vite, liane poc-poc, capucine, fleur millet… et que je rêve de voir embellir mon jardin d’aujourd’hui.

 

Mon petit jardin

le carré des herbes sauvages

pour les haïkus

 

Publié dans Haïbuns

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> Ah! les herbes! j'avoue que ça me devient de plus en plus difficile de me résigner à les arracher. Certaines ont de minuscules fleurettes toutes légères et délicates et je me dis que ce sont<br /> peut-être les dernières à survivre dans le quartier gangréné par le béton et le bitume. Alors autant les laisser accomplir leur court cycle de vie.<br /> <br /> <br /> claude<br />
Répondre
M
<br /> <br /> Et puis, ne pas arracher les herbes, quel temps de gagné... pour les contempler!<br /> <br /> <br /> <br />
I
<br /> <br /> Et non. Le site avait un cadenas sur son adresse.<br /> <br /> <br /> Je la donne ici : https://phares.ac-rennes.fr/_fichiers_/classespresse_2008/_usagers_/0560135T1/images/kokopelli_de_nessa_guillet.jpg<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Ce petit joueur de flutte protecteur de la Terre, quel joueur !<br /> <br /> <br /> C'est le sigle de Kokopelli, que j'adore. Tout simplement.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> Bonne soirée, Monique.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> l'image y sera-t-elle ?<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> <br /> Et puis me voilà rendue dans ce carré de jardin que je crois être le mien. Oui, car je crois me voir : faire et refaire des années durant des gestes qu'un bon coup de roundup aurait rendu si<br /> propre !!!<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Mais que de découvertes grâce à ce dos courbé... et éreinté; ces petits doigts actifs... et tout cisaillés, où les ongles ne sont plus des ongles de bureaucrate le temps d'une saison, le temps de<br /> prendre le temps ou de pouvoir tout simplement faire.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Que n'es-tu ce petit "lutin-mutin" des jardins qui récolte et donne pour que Kokopelli distribue encore plus grand et que ces graines ne meurent jamais ou en tout cas ne se voyent pas apposer un<br /> copyright quelconque. Comme si la vie était de l'ordre d'un quelconque humain !<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Je suis contente de me sentir en pleine phase avec toi. Et je me sens moins eule à désherber à la main.<br /> <br /> <br /> D'accord aussi pour cette monstruosité que constitue la main mise sur les graines et sur ce qui devrait être noyre patrimoine commun par des multinationales (mais pour le profit de quelques uns<br /> seulement.<br /> <br /> <br /> Bonne soirée Ida. <br /> <br /> <br /> <br />
P
<br /> <br /> Je sais que nous ne sommes pas les seules à constater tous les dangers qui menacent not ti caro jardin plin la touf le rève... é mon kër i sèr kom la vot de voir tousala menasé...Huguette. <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Mon ti karo jardin<br /> <br /> <br /> konm in bérso ti ouète<br /> <br /> <br /> ... é konm inn kouvèrte lo koin osi.<br /> <br /> <br /> <br />