Parfums différés

Publié le par Monique MERABET

Photo 628

 

PARFUMS DIFFÉRÉS

 

 

 

Pluie de pétales

veloutés – quel parfum

imaginer ?

couroupita guianensis

l’arbre boulet de canon

 

Plaisir différé n’est pas perdu… dit joliment Madeleine qui n’a pas pu nous rejoindre au Jardin de l’État à Saint-Denis où les parfums de nos écrits se sont entremêlés, mariés, harmonisés : senteurs de fleurs ou de fruits, arômes de cuisine, parfums de fêtes, d’enfance surtout…

Comme nous sommes attachés à ces sensations ramenant au vert paradis de nos fêtes enfantines !

Évocations de ces gourmandises du passé, mettant en alerte nos cinq sens confondus. Nous savons encore les humer aujourd’hui. Il suffit de quelques fruits lontan posés sur l’herbe, à l’ombre des grands arbres pour faire surgir nos dînettes d’antan, nos vavangages au fond des ravines ou des vergers…

 

Á nos pieds…

« Tu as trouvé des jamroses*

au marché ? »

 

Parfums teintés d’un peu de nostalgie lorsque la mémoire d’une des participantes s’ouvre à l’eau de Cologne qu’utilisait nos mamans…

 

Ce rose aux nuages

le poudrier en écaille

de maman

 

Parfums de terroir, de traditions qui font se correspondre l’univers créole et ces ailleurs d’autre hémisphère, d’autre continent. Fragrances que transcende soudain la suavité de l’encens, menant nos offrandes parfumées jusqu’au ciel…

En ce jardin, seuls les grands arbres centenaires ont pu les capter. Est-ce signe qu’ils ont agréé nos hommages que cette pluie de « roses » tombant de l’arbre aux « boulets de canon » ?

Est-ce la douceur des propos échangés qui nous a valu la visite d’un cardinal et d’un martin… providentiellement muet.

 

Jardin de l’État

groupe d’élèves braillards

et le martin se sauve

 

Tout a une fin… même les plus belles choses. Mais vous retrouverez toutes ces senteurs de notre bel après-midi, glissées dans nos textes comme ces petits sachets aux frais parfums embaumant les armoires de nos grand-mères…

 

(Monique MERABET, 2 Décembre 2012)

 

 

*jamroses :  petits fruits ovoïdes et jaunes lorsqu’ils sont mûrs, dégageant un délicat parfum très particulier ; on les cueillait sur les jamrosats, arbres communs dans les Hauts, au bord des ravines.

Publié dans PARFUMS

Commenter cet article

Monika 03/12/2012 16:33


Moi aussi, j'ai hâte de lire les suites!

Mariposa 03/12/2012 01:01


J'ai bien hâte de lire et de respirer tous ces parfums !

Monique MERABET 03/12/2012 08:13



C'est parti!