Perrette et la télévision

Publié le par Monique MERABET

PERRETTE ET LA TÉLÉVISION

 

 

 

Perrette, en son logis, songeait ;

Elle s’ennuyait, peut-être.

Dame Télé, par la fenêtre,

Lui tint ces propos effrontés :

« Comment ! Vous demeurez seulette,

Á savourer vos propres pensées ?

Ah ! Non ! Pas de ça, Perrette !

Aujourd’hui, il faut com-mu-ni-quer…

Invitez-moi. Je saurai vous distraire,

Vous informer… je suis bonne à tout faire. »

 

Alléchée par ces prometteuses merveilles,

Perrette, naïvement, prêta l’oreille

Aux paroles aguicheuses.

Elle ouvrit sa porte à l’envahisseuse.

Et bientôt, toutes ses journées

Furent soumises aux caprices de l’invitée :

Plus de lectures au creux de la causeuse,

Le soir, en regardant pétiller le feu ;

Plus de discussions affectueuses ;

Finis les contes et les jeux.

Plus de ces doux moments

Où l’esprit s’en va flânant

Sur les routes de l’imaginaire.

 

Hélas ! Tous ces beaux plaisirs de naguère

Furent sacrifiés

Á la brailleuse de vulgarité :

Clips en boucle, publicités,

Feuilletons, fausses stars et fadaises,

Images voyeuses qui mettent mal à l’aise.

Zappez ! Zappez ! Zappez !

 

Jusqu’au jour où l’hôtesse dégrisée,

Envoya paître sur les roses

La boîte à décerveler.

Salutaire sursaut !

Et depuis, l’antenne forclose

Sert de perchoir aux petits oiseaux.

 

(Monique MERABET)

 

... aux petits oiseaux. Et aux liserons!

 

liseron11-8.JPG

Publié dans Poésie de l'instant

Commenter cet article

Michel Cristofol 21/06/2011 13:20



Me permettriez-vous de publier cette fable qui me plaît beaucoup sur mon blog en précisant son auteur bien sûr ?



Monique MERABET 21/06/2011 15:39



Merci pour l'intérêt qe vous portez à ma Perrette. Je vous accorde bien volontiers l'autorisation de le publier.. d'autant plus volontiers que j'ai trouvé votre blog fort intéressant.



Michel Cristofol 20/06/2011 10:00



Une excellente fable moderne à partager !



Roselyne 17/06/2011 08:46



Discours très judicieux, j'ai beaucoup aimé la "boite à décerveler" c'est très juste.


Bises Roselyne