Sinusoïdal

Publié le par Monique MERABET

Photo-1287.jpg

 

SINUSOÏDAL

 

 

Ces yeux rouges

le chat immobilisé

pour ma photo

 

 Allez savoir pourquoi… ma journée commence par un chat.

Étrange symphonie de ce samedi matin : les clapotements de l’eau qui continue à bouillir dans la casserole, ponctués par les percussions de la cuillère sur les parois de la tasse de café… tout chaud, qui attend que j’aie fini de tracer mes quelques lignes d’intro.

Les oiseaux, eux, sont silencieux, sagement alignés sur la portée de fils électriques. Ils attendent le soleil. Moi aussi, qu’il vienne me réchauffer les pieds.

Matin d’hiver avec quelques nuages effilochés. Le vent reprend, tout doucement. Temps favorable ou non, à mon semis de coquelicots ?

L’à venir est toujours aléatoire. Aléatoire, dans le sens où il y a une foule de réalisations possibles pas dans le sens de hasard du jeu d’un thaumaturge : pile : je te laisse tes coquelicots, face : j’écrase tout.

Petit rectificatif : les oiseaux n’attendent pas le soleil ; les oiseaux, plus malins que moi, captent les rayons du soleil ; ils se sont positionnés plein Est.

 

Premiers rayons du soleil

accrocher mes pieds glacés

aux fils tout là-haut?

 

Il est encore tôt… en ces jours les plus courts de l’année et le soleil encore bas sur l’horizon. Hier, 21 Juin, c’était le point d’inversion : pour moi, les jours rallongent, petit à petit. Mouvement pendulaire, sinusoïdal, que ce continuum des jours : croissant, décroissant, croissant, etc. avec la même période chaque fois. Ah ! Construire la sinusoïde du temps !

La lune aussi a un comportement sinusoïdal et le mouvement des planètes autour du soleil, aussi. Je n’y avais jamais pensé. Trop peu d’esprit scientifique ? C’est seulement aujourd’hui que je réalise quel bel exemple de courbe sinusoïdale, cela ferait si on exprimait la durée du jour en fonction de la date.

Merveilleux monde que l’on peut mettre en mathématique ! Reste à savoir si cette sinusoïde est immuable dans ses variations d’amplitude ou bien si elle est soumise à un phénomène de rétractation ou d’expansion… Mais je suis certainement en train d’enfoncer quelques portes ouvertes, à mon habitude. Pour le savoir il suffirait d’un clic… de quelques clics pour la malhabile googolienne que je suis.

Ah ! Remettre à demain, à tout à l’heure, au printemps prochain ma procrastinante recherche. Ainsi, j’ai l’impression d’avoir l’éternité pour moi… plus un jour, celui d’aujourd’hui, rempli d’instants pour faire ce que je veux.

Le ciel est passé au bleu et les oiseaux revenus

 

Mes oiseaux péi

pas de riz ce matin

qu’ils mangent du pain !

 

Holà ! Il est grand temps que je m’occupe du repas de midi : préparer ces brèdes mourong ramenés de chez des amis, hier. Un bouillon avec une sardine ! régal péi pour les connaisseurs. Identité réunionnaise… elle est faite aussi de ces petits festins secrets, de ces mets si modestes restés en nos mémoires. Et le dire en créole.

 

Triaj brède mourong

ti fëy par ti fëy mi grène

mon bann pansé

 

(Monique MERABET, 22 Juin 2013)

 

 

 

Publié dans Haïbuns

Commenter cet article

Patricia 10/07/2013 12:34


Je connaissais les brèdes grâce à des amis malgaches qui en consoment aussi.


J'avais donc, comme Monika, compris les deux premières lignes de ton haïku, me manquait la 3ème que j'ai trouvé dans les commentaires !


Heureusement que je te lis en prenant mon repas car tout cela donne bien faim !


Et sinon, je trouve très poétique la vision sinusoidale de la vie !

Monique MERABET 10/07/2013 18:34



Ah! Oui les brèdes! Le mets le plus simple de nos cuisines réunionnaises et malgaches et tellement savoureux!



Monika 26/06/2013 02:13


Holà !


Tu nous fais pratiquer notre créole ! J'ai appris (en consultant google) c'est quoi "brède mourong" et je comprends "ti fëu par ti fëy mi grène", mais "mon bann pansé" ... ça - non !


 


tu nous expliques ?


 


;-)

Monique MERABET 26/06/2013 08:08



traduction:


les brèdes mourong


feuille à feuille, j'égrène


toutes mes pensées


NB: en créole réunionnais pur parler de tout un ensemble on utilise souvent le mot bann (la bande de).


Merci pour ta lecture attentionnée, Monika.