Soleil rouge

Publié le par Monique MERABET

eruption-solaire-eit-installe-bord-satellite-soho-esa-nasa-.jpg

 

 

SOLEIL ROUGE

 

 

Nuit de Mardi-gras

la ville déguisée

en champ de bataille

 

J’ai vu le soleil rouge, une orange sanguine étalée sur deux pleines pages du magazine. L’agence américaine NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) a photographié les taches de l’éruption de Janvier 2012, la plus importante depuis 2006.  Faut-il y lire des présages ?

Simples « crachats du soleil en ébullition » disent les scientifiques. Sans effet sur notre petit confetti de planète ?

L’éclat des quatre cavaliers de l’Apocalypse, prélude à une fin de monde annoncée, ne manqueront pas de clamer quelques prophètes de malheur.

Sans être impressionnée par ces « fins du monde » prophétisées à répétition depuis que le monde est monde, je pense qu’il ne faut pas balayer d’un trait railleur une corrélation possible entre l’effervescence épidermique de l’astre et le comportement des terriens.

 

Émeutes contre la vie chère

ils ont pillé

une parfumerie

 

Les vomissures du soleil ont peut-être atteint les émeutiers de la nuit qui écument depuis mardi les commerces, les maisons associatives, le matériel urbain. C’est à Saint-Denis de la Réunion, de vraies batailles rangées entre jeunes déchaînés et les policiers. Les forces de l’ordre sont d’ailleurs impuissantes face à des gamins (beaucoup sont des mineurs) belliqueux envoyés en première ligne.

Effet de soleil ? Mais que fait le Bon Dieu ?  diront les bonnes âmes.

Mais quel monde vivons-nous ? Quelle société avons-nous construite pour nos enfants ? Ici le chômage gangrène une population jeune, mal formée, en constante progression démographique. Une déchirure sociale et morale qui s’élargit chaque jour davantage et qu’on essaie de raccommoder sommairement à coup d’assistance souvent mal placée.

« Il nous faut beaucoup de zénitude pour vivre ces jours troublés », me disait Huguette.

 

Jardin de Février

suivre le sentier

aux liserons

 

(Monique MERABET, 23 Février 2012)  .

 

Publié dans Haïbuns

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Monika 24/02/2012 19:48


de plus en plus


de liens se tissent


entre nous deux !

monika 23/02/2012 21:17


Monique,


je suis désolée pour vous, qui vivez des heurts sociaux si près de chez vous. J'imagine combien ça doit vous inquiéter et troubler. Mais je suis aussi - et surtout - désolée pour ces jeunes pour
qui (apparemment) la révolte violente est la seule chose qui leur semble encore possible pour pouvoir espérer d'améliorer leur sort. La vie chère, l'impossibilité de vivre de façon décente et
d'arriver à joindre les deux bouts avec ses maigres ressources, alors que les riches s'en mettent plein les poches et que les gouvernants, qui devraient avoir le bien commun comme première
préoccupation, sont de mèche avec ceux dont on peut dire sans trop se tromper qu'ils exploitent les pauvres et les ressources naturelles pour faire encore et toujours de plus en plus de fric... -
comment ne pas comprendre ces indignés et être de leur côté ! En même temps, comment ne pas souhaiter que leurs revendications puissent se faire sans violence et que les puissants se réveillent
et se mettent à les écouter et à chercher (pour de vrai ! ) des solutions concrètes qui permettraient de construire, petit à petit, un monde plus juste, plus équitable, plus humain...


Ton haïbun m'a secouée, tu le vois à mon commentaire. Les trois haïkus/senryûs qui le ponctuent puisent une force supplémentaire du texte en prose dans lequel ils sont insérés. Magistral.

Monique MERABET 24/02/2012 18:43



Bonsoir Monika


En lisant ton analyse de nos problèmes de société, j'ai soudain eu l'impression que j'avais dû me lever pendant la nuit pour venir écrire ces mots... Ce ne sont plus des "points" communs que nous
avons mais carrément des lignes communes.