Renku-solo de printemps (3)

Publié le par Monique MERABET

rides à ma main

les liserons blancs se fanent

si gracieusement

 

chaque pétale éparpille

un petit bout de mon être

 

 

Renku-solo de printemps (3)

Publié dans Poésie de l'instant

Commenter cet article

claude 28/10/2013 12:34

J'aime beaucoup cette idée de se sentir éparpillée comme une fleur dont les pétales se détachent...il est des jours où on cherche vainement en soi une cohésion bien 'cimentée" pour ne trouver que le souffle d'une brise légère et capricieuse.

Monique 28/10/2013 18:43

Tant que l'on reste fleur...

Mariposa 22/10/2013 00:57

Se faner gracieusement en suivant la sculpture des rides du temps.
Etre une fleur. Accepter à la fois la beauté et le caractère éphémère de cet état de fait.
J'aime beaucoup.

Monika 22/10/2013 15:12

Oui, un des miens, plutôt ancien (7 juillet 2009):

rien n'a changé
l'eau de l'étang peut-être
un peu plus ridée

Monique 22/10/2013 14:54

Merci Patricia. C'est vrai qu'avec l'âge je me sens davantage proche de la fleur... fanée.

Marcel 17/10/2013 22:08

Rides...

Monique 22/10/2013 14:52

Un de tes haïkus, Monika? Bravo! Je n'ai pas pu suivre le lien indiqué... hélas

Monika 21/10/2013 19:50

Ces rides me rappellent vaguement quelque chose...
je cherche, je cherche ...
et je trouve ! Ici : http://mohe.xanga.com/2009/07/07/carnet-de-voyage-charlevoix-11/

Marcel 18/10/2013 09:54

+
rides
sur le lac tranquille
Musset t'appelle
+

Monique 18/10/2013 09:52

Hé oui! Mais il suffit de changer une lettre: RIRES...